[INFOGRAPHIE] La réglementation du crowdfunding à travers le monde

9

Le crowdfunding se développe partout à travers le monde, de manière exponentielle. Malheureusement, qui dit phénomène nouveau, dit aussi vide juridique. Et une carence réglementaire, n’est jamais bonne pour l’expansion d’un phénomène. Cela encourage les dérives, les abus, les gens se méfient et le bon développement est entravé. Certains pays voulant profiter à 100 % des bénéfices du crowdfunding ont donc pris des mesures pour le réglementer au mieux.

C’est le cas des pays les plus actifs dans ce domaine. En Europe, seuls le Royaume-Uni, la France, l’Italie et l’Espagne ont une réglementation spécifique au crowdfunding en equity. Et en ce qui concerne le financement participatif en prêt, le Royaume-Uni, la France et l’Espagne sont les seuls pays d’Europe à le réglementer spécifiquement. C’est à l’Ouest de l’Europe que le crowdfunding est le plus dynamique, en effet, sur les 300 plateformes européennes, 70 sont françaises et 72 sont britanniques. Il paraît donc logique que ces pays ait choisi de réglementer ce mode de financement au plus vite.

Dans les pays situés à l’est de l’Europe, le crowdfunding, encore embryonnaire, se réfère à une réglementation non spécifique. C’est-à-dire, une réglementation qui éxistait déjà avant l’apparition du financement participatif et qui régissait les pratiques financière dans le pays.

 Enfin, un certain nombre de projets de réglementation relative au crowdfunding, plus ou moins avancés, ont fait leur apparition dans huit pays européens. L’Europe est donc sur la bonne voie, à l’image des Etats-Unis, pays adepte du financement participatif, qui a choisi de le réglementer. Le cas du Canada est un peu plus compliqué car les réglementations sont spécifiques aux régions canadienne. Certaines s’y intérressent, d’autres pas.

Les répartitions des modes de crowdfunding en France et dans le monde sont assez similaires : 40 % des plateforme de financement participatif dans le monde sont des plateformes de don contre 36 % en France, 18 % des plateformes dans le monde sont des plateformes de prêt contre 20 % en France et 16 % des plateformes dans le monde sont des plateformes d’equity-crowdfunding contre 20 % en France.

Pour terminer, si on fait un focus sur la réglementation en France, on remarque que deux nouveaux statuts ont été créés. Le statut de Conseiller en Investissements Participatifs (CIP) encadre les plateformes d’equity-crowdfunding et le statut d’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) encadre les plateformes de prêt participatif.

Infographie réglementation good morning crowdfunding

 

Partager

À propos de l’auteur

Après une licence d’économie à la Sorbonne j’ai décidé de me lancer dans le journalisme. Passionné par les nouvelles technologies et après une première expérience dans un journal national, j’ai vu dans le financement participatif un moyen de concrétiser n’importe quelle bonne idée, même la plus farfelue et l’occasion de populariser l’innovation.

9 commentaires

  1. Manuela Portera sur

    Why there is no information about china for example?

    It would be really interesting to know about CF in asia 🙂

    Manuela.

  2. Augustin Brac sur

    Bonjour, je fais mon TPE sur le crowdfunding. Merci beaucoup pour cette infographie très claire ! Mais l’addition des pourcentages des différents types de crowdfunding faisant 74% pour le monde et 76% pour la France, de quoi est constitué le reste? De types de crowdfunding minoritaires? Merci d’avance de votre réponse.

    • Bonjour, en effet d’autres modes de crowdfunding sont comptabilisés dans le pourcentage restant, les cagnottes ou l’affacturage par exemple.

  3. Pingback: [RÉGLEMENTATION] L'Italie assouplie sa régulation de l'equity-crowdfunding |

  4. Pingback: [RÉGLEMENTATION] Une nouvelle étape vers une harmonisation européenne -

  5. Pingback: Le crowdfunding : l’émergence de l’économie collaborative face à la finance traditionnelle | Economie du Social

Répondre