[INSOLITE] LELO HEX, la capote du futur

0

lelo hex

Aujourd’hui, le monde va connaître un important changement. Un évènement aussi important que la première fois où l’hommeNeil Armstrong, astronaute américain – à poser le pied sur la Lune le 21 juillet 1969. Aussi important que la fondation de Rome en 753 avant Jésus-Christ. L’évènement dont on parle n’est d’ailleurs pas si éloigné de l’épopée romaine. On parle ici de la naissance du préservatif…! Vous savez ce moyen de contraception qui vous permet d’avoir des relations sexuelles en minimisant au maximum les risques de grossesses et surtout, vous protège des maladies sexuellement transmissibles (MST). Mais qui est donc l’auteur de cette invention qui a révolutionné le monde ? Un petit retour en arrière s’impose.

Les premiers modèles datent en effet de l’Egypte Antique (3000 ans av. J-C). Les soldats égyptiens les utilisaient pour se protéger des maladies vénériennes durant les campagnes militaires. À cette époque, le préservatif n’avait absolument pas la forme ou ne serait-ce la structure qu’elle a aujourd’hui. Pour se protéger, les Egyptiens utilisaient des boyaux de moutons ou des vessies de porc … Par la suite, il sera remplacé par du papier en soie ou de tissu huilé. Fort heureusement, les préservatifs ont beaucoup évolué au fil des siècles. Plusieurs dates ont marquées l’histoire du préservatif. En 1844, Charles Goodyear et Thomas Hancock commencent la production en masse de préservatifs en caoutchouc à la suite de la découverte accidentelle du procédé de vulcanisation par Goodyear, en 1839. Ce modèle de préservatif est lavable et réutilisable. Toutefois, c’est en 1880 que le premier préservatif en latex a été fabriqué. Un succès qui a mis du temps à se dessiner puisqu’il a fallu attendre les années 30 pour qu’elle commence à se démocratiser.

Aujourd’hui, c’est le moyen de contraception le plus utilisé dans le monde. On trouve aujourd’hui sur le marché des préservatifs pour tous les goûts … parfumés à la fraise, au cola, voire même cannabis. Ils varient également selon la taille, la texture ou encore le lubrifiant. Bref, vous avez l’embarras du choix. En France, les leaders du marché se comptent au nombre de deux. Ce sont ceux que vous trouvez majoritairement dans votre grande surface ou en pharmacie : Durex et Manix. Un marché qui ralentit toutefois depuis quelques années.

Certains opportunistes comme la compagnie suédoise, Lelo, qui est présent sur le marché du sex-toy, y voit une occasion de s’insérer dans le marché. Ils viennent en effet de présenter le préservatif révolutionnaire. Une gamme qui porte le nom de HEX. Un préservatif qui selon ses développeurs, résoudraient les principaux problèmes de ses concurrents.

pD’après la compagnie suèdoise, auteur de cette invention, le secret ne résidait pas dans le latex, mais dans la structure elle-même.

s

Pour soigner leur entrée dans ce marché, LELO a choisi comme porte-parole l’acteur, scénariste et producteur américain Charlie Sheen.  L’acteur qui a incarné l’oncle Charlie dans la série éponyme a décidé d’utiliser sa célébrité pour faire de la prévention contre les maladies sexuellement transmissibles, sept mois après avoir révélé sa séropositivité. Un gros coup marketing combiné à celui de la campagne de crowdfunding fraîchement lancée le 13 juin sur la plateforme de financement participatif américaine Indiegogo. Un projet ô combien sérieux.

Le premier objectif a été fixé à 12 000 dollars, d’ores et déjà largement dépassé. À ce jour, les fonds collectés s’élèvent déjà à plus de 72 000 dollars en moins de trois jours. Un projet qui semble passionner les 2 787 contributeurs.

Les expéditions de ce préservatif du révolutionnaire démarreront le 15 août prochain.

En attendant, n’oubliez pas d’ici là, HEX Changes Everything.

Partager

À propos de l’auteur

Passionné par les nouvelles technologies et le monde du sport, je suis actuellement en première année à l'Ecole Française de Journalisme. Pour ma première expérience dans le métier, j'ai décidé de rejoindre Goodmorning Crowdfunding, média dédié à l'actualité du financement participatif. Une première expérience professionnelle inoubliable qui fut riche en émotions et en apprentissages. Une formation de qualité pour le jeune journaliste en herbe que je suis.

Répondre