Carnets de voyage – 3ème volume : Le crowdfunding en Asie

0

À l’occasion de la série « Le crowdfunding autour du monde », nous avons pu faire deux escales en Asie, à savoir en Chine et au Japon.

Dans les deux cas, nous avons pu en tirer les mêmes conclusions, même s’il existe de nombreuses subtilités propres à chacun d’eux. Le bilan ? Leurs marchés respectifs sont jeunes mais (très) prometteurs. Confortée par de nombreux autres acteurs du continent, cette idée semble valable pour l’ensemble du marché asiatique du financement participatif.

Asie

Les plateformes asiatiques de financement participatif

Grâce à ses plateformes, bien que peu nombreuses à l’échelle d’un continent comme l’Asie, le marché asiatique du crowdfunding a acquis une certaine consistance ces dernières années. Une tendance qui n’est pas prête de s’arrêter tant de nouvelles plateformes voient le jour régulièrement.

Comme indiqué dans notre billet sur la Chine, le pays peut compter sur ses plateformes Dreamore, Fundator ou DemoHour, auxquelles viennent s’ajouter celles lancées par les géants de l’E-commerce Alibaba et Jingdong avec sa plateforme Feniziqian. Quant au Japon, ses principaux représentants se nomment CampFire, Maneo, Countdown et Maneo.

Parmi les autres acteurs du financement participatif, nous pouvons citer la Malaisie avec ses plateformes PitchIN et MyStartR pour les projets de tout type, ou SocialSharity, dédiée aux projets solidaires. Taïwan participe également à l’activité du crowdfunding asiatique grâce notamment à ses plateformes FlyingV ou Hereo. De même pour l’Inde qui compte dans ses rangs, les plateformes généralistes Start51 et IgniteIntent, et une autre très populaire, BitGiving, destinée aux causes sociales.

Un marché du crowdfunding encore jeune mais prometteur 

Cette émergence de nouvelles plateformes montre que la pratique du financement participatif s’est bel et bien démocratisée en Asie. Mais outre leurs activités qui en font tourner le marché, deux points autorisent également un certain optimisme quant à l’avenir du crowdfunding asiatique :

– Le secteur de l’immobilier est en pleine expansion en Asie. Un argument de taille jouant en la faveur de la démocratisation de la pratique dans la mesure où la finance participative est vite apparue comme un moyen à part entière d’investir dans le secteur.

En juillet dernier, s’est tenu à Singapour, l’EPIC (Expo for Property Investing & Crowdfunding), le plus grand rassemblement dédié au financement participatif en Asie. L’évènement, qui avait pour but de promouvoir la pratique du crowdfunding dans le secteur de l’immobilier, a été une franche réussite, en attestent les chiffres qu’il a enregistrés.

– L’effort déployé par les autorités pour autoriser l’equity crowdfunding (ou investissement au capital d’une entreprise). Actuellement, la pratique ne pèse pas beaucoup dans la balance et n’est réservée qu’aux professionnels de l’investissement. La faute à des régimes qui ne l’ont pas autorisée officiellement. Cependant, elle tend à le devenir bientôt, notamment en Chine et au Japon où la question est étudiée très sérieusement par les institutions législatives.

 

L’Asie, définitivement un marché à surveiller de près !

Partager

À propos de l’auteur

“Après une licence de droit et quelques petits voyages autour du monde, je me suis réorienté vers le journalisme pour pouvoir me concentrer sur l’écriture. Au terme de mes études, j’ai alors rejoint l’équipe de Good Morning Crowdfunding, séduit par les valeurs véhiculées par le financement participatif, à savoir la rencontre, la solidarité et le partage.”

Répondre