[IMMOBILIER] Le Brexit devrait redistribuer les cartes pour le crowdfunding immobilier

0

brexit

51,9 % des Britanniques ont exprimé leur envie de quitter l’Union européenne. Un appel sans précédent suite au référendum organisé au Royaume-Uni, le jeudi 23 juin. C’est officiel, le Royaume-Uni quitte l’Europe, mais à quel prix ? Quelles conséquences pour le marché de l’immobilier et pour le crowdfunding immobilier ?

Si l’issue du référendum est connue, le futur semble plus incertain. Au lendemain du référendum, les Bourses européennes en subissent déjà l’amère conséquence avec une chute des indices en début de séance le 24 juin. La devise Britannique subit également une chute de 10 % et l’euro de 3 %.

« Depuis les marchés se sont apaisés et repartent à la hausse mais nous ne pensons pas que ce soit la fin au contraire. De nombreuses mesures vont être annoncées concernant la sortie effective de l’UE et vont provoquer une grande instabilité sur les marchés financiers européens dans les mois à venir. Sans une parfaite connaissance des mécanismes boursiers, il paraît aujourd’hui très risqué d’aller investir en bourse ou sur des placements directement corrélés.« , Arnaud De Vergie, le co-fondateur de Homunity.

Si le Brexit a entraîné un effondrement violent des marchés financiers, l’immobilier devrait également être affecté positivement et négativement par ce vote historique.

« L’immobilier français pourrait bénéficier du Brexit grâce aux quelque 300 000 ressortissants français travaillant au Royaume-Uni qui pourraient être tenté de revenir, de quoi dynamiser un marché déjà en phase de reprise. C’est le marché immobilier haut de gamme plus spécifiquement qui pourrait en bénéficier mais il faut admettre que pour le moment cela reste hypothétique car nous ne connaissons ni les modalités de la sortie du Royaume-Uni de l’UE ni les conséquences sur des secteurs comme la finance. » insiste Arnaud De VERGIE.

Si le marché immobilier de luxe devrait sortir gagnant du Brexit, l’achat de maisons secondaires en France par les Britanniques va certainement être sinistré à cause de l’effondrement de la livre sterling. Les Britanniques sont, en effet, les premiers acheteurs de maisons secondaires en France. Le Brexit pourrait, en ce sens, défavoriser le marché immobilier Français au profit du marché Londonien qui risque de se stabiliser au niveau des prix dans les prochains mois.

Pour Alexandre Toussaint, le co-fondateur de Baltis Capital, le Brexit va entrainer un climat très incertain :

« Je pense que le Brexit va ralentir les investissements au Royaume-Uni, et particulièrement ceux dans l’immobilier. Aujourd’hui, nous ne savons pas encore quelles seront les incidences fiscales et financières du Brexit, mais les spécialistes sont pessimistes concernant l’attractivité du Royaume-Uni dans les mois et années à venir. Le climat est très incertain et donc les investisseurs vont s’orienter vers d’autres placements, d’autres marchés et d’autres pays.« , Alexandre Toussaint, le co-fondateur de Baltis Capital.

Cyril Benchimol, co-fondateur d’Immovesting, est plus prudent sur la question :

« Il est encore assez difficile de répondre à cette question car nous ignorons comment vont être remplacés les accords commerciaux et de libre-échange actuels. Néanmoins, nous pensons que s’ouvre une période d’incertitude pour le Royaume-Uni et nous allons probablement observer un phénomène de report des fonds dédiés à l‘investissement en Grande-Bretagne vers les marchés continentaux et notamment la France.

De plus, cette période d’incertitude qui se traduit par une volatilité accrue des marchés boursiers risque d’inciter de nombreux investisseurs à délaisser quelque peu la bourse et à se reporter sur l’immobilier

Néanmoins, certains marchés de niche en France, dont les clients principaux sont Britanniques (résidences de tourisme notamment), vont probablement souffrir du fait de la perte de pouvoir d’achat des Britanniques liée à l’effondrement soudain de la livre sterling.« 

Dans ce contexte incertain, vers quels placements se tourner ?

Selon Cyril Benchimol, co-fondateur d’Immovesting :

« Il est fort à parier que la volatilité actuelle sur les marchés financiers va inciter de plus en plus d‘investisseurs à délaisser la bourse et à s’intéresser de nouveau à l’immobilier. Et le crowdfunding immobilier est aujourd’hui l’un des meilleurs moyens de se constituer un portefeuille diversifié grâce notamment à un ticket d’entrée assez faible qui permet de répartir son épargne dans différentes opérations.« 

Pour Arnaud De VERGIE, l’investissement dans le crowdfunding immobilier apparaît également comme une alternative ou un complément à l’investissement boursier dans un contexte d’instabilité sur les marchés.

« Vendredi, de nombreux investisseurs se tournaient vers les valeurs refuges que sont l’Or, ou encore d’autres monnaies moins impactées, comme le Yen ou le Franc Suisse. Le crowdfunding immobilier, contrairement à l’immobilier classique, propose des horizons d’investissement à très court terme (12 à 24 mois) avec des rendements intéressants, un bon moyen pour placer son épargne dans un contexte d’incertitude. Il a fort à parier que le crowdfunding immobilier français bénéficie de l’instabilité des marchés financiers. », Arnaud De Vergie, le co-fondateur de Homunity.

Alexandre Toussaint partage également cet avis :

« Je pense que les investisseurs français vont se tourner vers des investissements en France. Parce que c’est un marché qu’ils connaissent et qu’ils maitrisent. Ils vont s’orienter vers des placements plus simples et plus concrets. C’est pourquoi je pense que le crowdfunding immobilier a une carte à jouer. L’immobilier a toujours été le placement préféré des Français, et je pense que cela va l’être encore plus dans les mois qui viennent. Le crowdfunding immobilier permet d’investir dans un projet simple et transparent.

En investissant chez Baltis Capital par exemple, vous pouvez devenir propriétaire d’un commerce. Vous investissez dans l’économie réelle, dans un actif immobilier que vous pouvez visiter et vous vous partagez les loyers chaque année. C’est simple, transparent et les rendements sont compris entre 6 et 7% par an. Et vous, vous préférez investir dans des placements financiers dans un pays dont la fiscalité est incertaine ou vous préférez investir dans les murs d’une boulangerie en bas de chez vous ?

Enfin, à moyen terme, le Brexit va faire augmenter les prix de l’immobilier en France. En effet, de nombreux expatriés vont rentrer en France et surtout de nombreuses sociétés installées à Londres vont déménager leur siège à Paris. L’immobilier résidentiel, d’entreprise et commercial vont ainsi augmenter. C’est donc le moment d’investir. »

Si les conséquences du Brexit ne vont pas être visibles avant plusieurs mois, le Brexit devrait redistribuer les cartes pour le financement participatif dans le secteur immobilier.

Partager

À propos de l’auteur

Journaliste web Actuellement en deuxième année à l'EFJ Paris en journalisme plurimédia, je me suis dirigée vers des études de journalisme, tout naturellement, me laissant guider par mon envie d'écrire. Passionnée de musique, j'aime tout ce qui touche à la culture de près ou de loin. Ma première expérience à Good Morning Crowdfunding m'a permis de découvrir le milieu du crowdfuding, un univers riche, dynamique et sympathique.

Répondre