[FINANCE] Le crowdfunding et la bourse, pourquoi il ne faut pas s’emballer ?

0

wall-street-bull

Le 10 Décembre dernier, la plateforme de crowdfunding en prêt Lending Club faisait son IPO (Initiale Public Offering, Introduction en bourse) à la bourse de Wall Street. Un événement car c’était la première IPO d’une plateforme de crowdfunding au monde, fracassante qui plus est. En effet, la plateforme a pu lever près de 870 millions de dollars contre les 700 millions environ, initialement prévus et l’action s’est introduite au prix de 15 dollars au lieu de 13 et a fini à 23 dollars lors de la clôture de la séance avec un pic à 25,44 dollars !

Le 17 Décembre, c’est la plateforme de prêt participatif OnDeck Capital, spécialisée dans le crowdfunding en prêts pour les petites entreprises qui a fait son IPO. Une nouvelles fois, la plateforme a fait exploser les compteurs de la bourse. L’action a été introduite à 10 dollars, pour atteindre un pic à 28 dollars pendant la séance et la plateforme a pu lever 200 millions de dollars au total ! Pas étonnant étant donné la croissance et les performances d’OnDeck qui a pu, depuis sa création en 2007, accorder 1,7 milliard de dollars de prêt à des petites entreprises aux Etats-Unis !

Prochainement, c’est la plateforme Can Capital qui devrait faire son entrée en bourse. Le fait de voir les premières IPO de plateforme de crowdfunding est un message fort sur la bonne santé du marché. Mais le fait que les rendements observés lors de ces IPO soient aussi élevés n’est pas si étonnant que cela. Lors de son introduction en bourse, une entreprise observera généralement une surperformance. D’après une étude de l’économiste Jay.R.Ritter, pour 7704 IPO observées entre 1980 et 2012, le rendement moyen le 1er jour de cotation est de +17,9 %. Cependant, la tendance est généralement baissière sur du plus long terme avec une sous-performance de l’action.

L’excellente performance des IPO de Lending Club et OnDeck n’a donc rien d’exceptionnelle, attention donc à ne pas s’emballer car ce genre d’IPO fracassante a tendance à nourrir l’engouement des gens pour un nouveau marché, nourrissant par la même occasion les tendances spéculatives et donc les bulles, comme cela a été le cas pour la bulle internet il y a une quinzaine d’années, qui a eu les conséquences que l’on connait.

Partager

À propos de l’auteur

Après une licence d’économie à la Sorbonne j’ai décidé de me lancer dans le journalisme. Passionné par les nouvelles technologies et après une première expérience dans un journal national, j’ai vu dans le financement participatif un moyen de concrétiser n’importe quelle bonne idée, même la plus farfelue et l’occasion de populariser l’innovation.

Répondre