[SUIVI] Un billionaire Chinois en passe de sauver Lending Club ?

0

A woman looks at her phone as she passes by a Lending Club banner on the facade of the the New York Stock Exchange December 11, 2014. REUTERS/Brendan McDermid/File Photo

Il y a presque un mois de cela, on vous expliquait que la plateforme américaine de crowdfunding en prêt Lending Club, traversait une mauvaise passe. En effet, Renaud Laplanche, PDG, avait donné sa démission à la suite d’un communiqué :

« Sa démission fait suite à un examen interne d’une vente de 22 millions de dollars en prêts « nearprime » à un seul investisseur, en contravention des instructions expresses de l’investisseur (…), en mars et avril 2016».

Après sa démission, Lending Club a enregistré une chute en Bourse de 34,37 %.

Scott Sanborn est aujourd’hui à la tête de l’entreprise Lending Club avec Hans Morris en tant que président exécutif. Selon Reuters (agence de presse mondiales et généralistes) le billionaire Chinois, Chen, propriétaire du Shanda Group, aurait augmenté ses parts chez Lending Club. En effet, toujours selon Reuters, Chen aurait depuis mars, investi dans la compagnie, en voyant en Lending Club une opportunité d’achat.

La société privée de Chen, Shanda Group aurait rapporté 15,3% à Lending Club le 16 juin, soit une hausse de 11,7% depuis le 11 mai, c’est-à-dire deux jours après le départ de Renaud Laplanche. 

Les parts de Lending Club seraient en hausse de 3,1%, soit à peu près 5,02 dollars, le lundi après-midi.

L’arrivée du billionaire Chinois au capital serait donc une bonne nouvelle pour Lending Club, qui a connu des jours difficiles suite au départ de Renaud Laplanche. 

Partager

À propos de l’auteur

Passionné par les nouvelles technologies et le monde du sport, je suis actuellement en première année à l'Ecole Française de Journalisme. Pour ma première expérience dans le métier, j'ai décidé de rejoindre Goodmorning Crowdfunding, média dédié à l'actualité du financement participatif. Une première expérience professionnelle inoubliable qui fut riche en émotions et en apprentissages. Une formation de qualité pour le jeune journaliste en herbe que je suis.

Répondre