Le crowdfunding au secours des festivals ? (3/7)

0

Cet été, période phare des festivals et autres manifestations culturelles, Good Morning Crowdfunding vous propose un dossier spécial sur le rôle du crowdfunding dans le financement des festivals, sujet ô combien sensible dans un contexte de baisse générale des aides publiques.


Crowdfunding et festivals

Episode 3 : Interview de Charles Kachelmann, Président du festival « Arelate, journée romaines d’Arles », actuellement en campagne de crowdfunding sur la plateforme Culture Time

Les épisodes précédents :

Charles Kachelmann

  • Pourquoi avoir choisi de lancer une campagne de crowdfunding pour le festival Arelate?

L’idée nous est venue après avoir constaté que d’autres festivals avaient eu recours, avec un certain succès, à ce mode de financement. Nous trouvant dans une situation similaire, avec une baisse constante des subventions, le lancement de notre campagne de crowdfunding fait partie d’un plan d’action plus large visant à diversifier nos sources de financement. L’objectif est bien entendu de pérenniser le festival Arelate, qui permet de faire revivre l’antiquité romaine dans les rues et monuments d’Arles pendant près d’une semaine, et dont la popularité ne cesse de croître année après année.

  • Pour vous, est-ce que le crowdfunding est un mode de financement alternatif pertinent pour financer les festivals en France face à la baisse des subventions ?

Oui, tout à fait, le crowdfunding répond à la nécessité de donner la main aux personnes (mais également aux entreprises) qui souhaitent soutenir notre action. Plus qu’un simple appel aux dons, il permet à tout à chacun de s’intégrer dans une démarche pro-active, en contribuant financièrement à un projet spécifique et concret associé au festival. Par exemple, pour cette année, nous avons souhaité organiser des événements spéciaux à l’occasion de la 10ème édition du festival, comme la mise en place d’une cérémonie religieuse antique. Avec le désengagement global des institutions publiques par rapport au financement des événements culturels, il est important de pouvoir s’appuyer sur celles et ceux qui apprécient le festival Arelate, et qui en quelques sortes lui donnent sa raison d’être.

  • Pensez-vous que le crowdfunding peut être un modèle économique stable pour les festivals dans le temps ?

Il est risqué de considérer le financement issu du financement participatif comme un revenu récurrent pouvant se substituer en partie aux subventions. Le crowdfunding doit plutôt être vu par les festivals comme un moyen d’innover et de se renouveler en finançant des projets ciblés. En d’autres termes, il ne nous semble pas qu’il s’agisse d’un modèle économique stable en tant que tel, mais surtout d’un complément, nécessaire et utile, aux autres sources de financement (dont les subventions).

  • Quels sont les conseils, en tant que porteur de projet, que vous pouvez donner aux festivals en mal de financement ?

Il est difficile de donner une recette miracle pouvant s’appliquer à tous les types de festivals. Toutefois, comme évoqué précédemment, la solution qui nous parait la plus tangible passe par une diversification des sources de financement, afin d’être moins dépendant des subventions. Outre le crowdfunding, on peut considérer d’autres initiatives comme la vente de prestations ou de produits dérivés en lien avec le thème du festival, ou encore l’appel à des fonds privés dans le cadre d’un programme de mécénat culturel.

La mise en oeuvre de ces voies de diversification demande certes un investissement non négligeable (ne serait-ce qu’en termes de temps et d’implication), mais est à notre sens un passage obligatoire si l’on veut se donner les moyens de regarder l’avenir avec confiance.

Lundi, rendez-vous pour le prochain épisode avec l’interview de Thérèse Lemarchand, la fondatrice de Culture Time.

Partager

À propos de l’auteur

Journaliste web Actuellement en deuxième année à l'EFJ Paris en journalisme plurimédia, je me suis dirigée vers des études de journalisme, tout naturellement, me laissant guider par mon envie d'écrire. Passionnée de musique, j'aime tout ce qui touche à la culture de près ou de loin. Ma première expérience à Good Morning Crowdfunding m'a permis de découvrir le milieu du crowdfuding, un univers riche, dynamique et sympathique.

Répondre