Spécialisation des plateformes de crowdfunding bonne nouvelle ?

2

Page d'accueil eduklab

80 millions d’euros, c’est le montant collecté sur les plateformes de crowdfunding françaises en 2013.

L’industrie du financement participatif est en pleine croissance depuis quelques années et la tendance n’est pas prête de s’inverser.

Nous voyons apparaitre depuis quelques temps de nouveaux usages, de nouveaux modes de crowdfunding mais également de nouvelles plateformes dites « spécialisées ». Ce phénomène est particulièrement vrai dans le don avec contrepartie. Que vont-elles apporter ? Peuvent-elles concurrencer les plateformes généralistes ?

3 acteurs bien établis 

Lorsqu’il est question de don avec contrepartie trois noms reviennent avec insistance, MyMajorCompany, Ulule et KissKissBankBank. Ces plateformes ont été les précurseurs sur le marché français et sont aujourd’hui les leaders incontestés et cela même au niveau européen.

À eux trois ils ont récolté depuis leur création pas loin de 50 millions d’euros ce qui en fait des acteurs presque intouchables dans l’écosystème du don contre don généraliste.

Comment faire pour les nouveaux entrants ?

Une segmentation du marché 

On constate que beaucoup de domaines d’activité sont représentés, la mode prend la pôle position recensant le plus grand nombre d’acteurs comme IAmLaMode, MeetMyDesigner ou encore MyPetite.

Également présents dans l’écosystème, des plateformes dans l’éducation comme Eduklab, d’autres dans l’industrie pharmaceutique comme MyPharmCompany qui fonctionne sur le modèle de royalites. L’immobilier est également représenté avec Lymo, la BD avec Sandawe (Belgique), le sport avec Sponsorise.me, WePlaySport et l’art avec My Art Invest.

Beaucoup d’autres n’ont pas été cités mais il existe réellement une diversité des domaines d’activités couvert par le crowdfunding.

Le signe d’une industrie en bonne santé 

L’arrivée « massive » de nouveaux entrants sur un marché est souvent synonyme d’industrie attractive. Dans le financement participatif la spécialisation des nouvelles plateformes coïncide avec la croissance du secteur (x3 tous les ans).

L’augmentation du nombre d’acteurs sur le marché crée inexorablement de la synergie et participe au développement du secteur.

Seul point négatif, on peut se poser la question de la rentabilité desdites plateformes. En effet, pour être rentables elles doivent miser sur le volume de fonds collectés, pas facile en étant cantonné dans un secteur d’activité… 

Crédit photo : page d’accueil Eduklab

Partager

À propos de l’auteur

“Après un master II entrepreneuriat, c’est en travaillant sur le financement des startups que j’ai découvert le crowdfunding. Passionné par la nouveauté et le web j’ai co-créé Good Morning Crowdfunding pour faire connaître ce marché."

2 commentaires

  1. Pingback: Quand les communautés s'emparent du financement participatif |

  2. Pingback: Twitter, future plateforme de financement participatif ? |

Répondre