Michel Sapin et le crowdfunding

2

Revue de Web | GMCF | lun. 01 Juillet

Retraites : Michel Sapin fait appel à My Major Company pour financer sa réforme

Michel Sapin

C’est une nouvelle politique pour le moins insolite. Michel Sapin, le ministre du Travail, était l’invité ce matin de France Inter. Il en a notamment profité pour préparer le terrain des discussions gouvernement-partenaires sociaux qui se tiendront les 4 et 5 juillet autour de la question de la réforme des retraites. Et c’est dans ce cadre-là que le ministre a fait une annonce que personne n’attendait. Celui que beaucoup considèrent comme l’allié le plus fidèle de François Hollande a en effet proposé de réformer le régime des retraites en s’appuyant sur le principe de crowdfunding, ou financement participatif. Une mesure destinée à réduire au maximum l’allongement de la durée de cotisation prévue par le
gouvernement.

15 milliards en 6 mois

La proposition figurait dans le rapport Moreau sur l’avenir des retraites remis solennellement le 14 juin mais elle a été complètement oubliée faute de crédibilité probablement. Jusqu’à aujourd’hui. Ce matin, Michel Sapin a affirmé avec solidité la piste du crowdfunding : « C’est une option très sérieuse à laquelle nous songeons de plus en plus.Traditionnellement, il n’existe que trois leviers pour gérer le système des retraites : l’âge de départ, le montant des cotisations et le montant des pensions. Mais le rapport Moreau a mis en lumière un quatrième levier qui pourrait bien nous aider à rééquilibrer ce régime déficitaire. »

« Une retraite pour tous» , c’est le nom de cette campagne de la dernière chance portée par un Michel Sapin visiblement sûr de lui : « Le déficit prévisionnel des retraites est de 15 milliards d’euros cette année et de 20 milliards à l’horizon 2020. Il faut donc que nous utilisions toutes les armes à notre disposition pour arrêter cette hémorragie. C’est un sacré challenge mais je crois que nous pouvons y arriver. Et pour atteindre son objectif, le gouvernement se laisse six mois pour réunir les fonds nécessaires au projet Une retraite pour tous. »

Quinze milliards en six mois. Certains observateurs jugent le défi « impossible à relever ». Mais le ministre du Travail a semble-t-il mis toutes les chances de son côté puisqu’il a affirmé être déjà en relation avec My Major Company (MMC), la société de financement participatif, fondée en 2007, qui affiche un arrogant chiffre de 13 millions d’euros levés sur les différents projets mis en ligne via sa plateforme. Des résultats qui ont fait de MMC le principal acteur du crowdfunding en France.

Michaël Goldman est l’un des fondateurs de My Major Company, interrogé ce matin sur BFM TV, l’homme d’affaires explique le système qu’il compte mettre en place avec le gouvernement : « Il n’y aura probablement pas de contreparties financières pour les donateurs. Cela n’aurait pas de sens. Nous allons fonctionner sur le modèle du « don contre don ». C’est-à-dire que les internautes qui participeront au financement du projet n’auront pas d’argent en retour. En revanche, si le projet parvient à remplir ses objectifs de financement, ils obtiendront des produits dérivés comme par exemple des stickers, des mugs ou encore des T-shirts avec inscrit dessus « J’ai sauvé les retraites ! ».

Si le gouvernement obtient les quelque 15 milliards qu’il espère, il s’engage également à inviter à une soirée festive tous les internautes qui auront contribué à rééquilibrer le système des retraites. Enfin, il est à noter que l’ensemble des dons effectués bénéficieront d’une déduction fiscale à hauteur de 66%, le financement participatif passant par une association spécialement créée pour le projet « Une retraite pour tous ». Un ensemble de dispositions destiné à convaincre les internautes de mettre la main à la poche pour sauver les retraites.

La fronde du Front de Gauche

Les premières critiques sur cette annonce du gouvernement ont très vite fusé du côté de l’UMP qui évoque « un aveu évident de faiblesse ». Mais la charge la plus violente est venue de Jean-Luc Mélenchon, leader du Front de Gauche : « Jean-Marc Ayrault, en essayant de grappiller quelques sous par-ci et par-là, cherche juste à réunir suffisamment d’argent pour éviter un allongement trop violent de la durée de cotisation, de peur de voir la France descendre dans la rue si jamais c’est le cas. C’est minable ! »

L’ancien membre du PS en a également profité pour tacler My Major Company : « C’est une entreprise qui fait l’objet de graves accusations depuis le début de l’année. Son mode de fonctionnement semble plus qu’opaque. L’argent qui sera donné à destination des retraites sera-t-il réellement reversé à l’Etat ? Certains affirment qu’il pourrait très bien être détourné au profit d’autres projets de My Major Company qui peinent à trouver leur financement. Peut-on réellement prendre le risque que l’argent prévu pour les retraites serve à la construction d’un sanctuaire pour les tortues marines et autres fantaisies ? »

Photo : © Flickr / parti socialiste

Lire l’article : http://www.legorafi.fr/2013/07/01/retraites-michel-sapin-fait-appel-a-my-major-company-pour-financer-sa-reforme/

Partager

À propos de l’auteur

“Après un master II entrepreneuriat, c’est en travaillant sur le financement des startups que j’ai découvert le crowdfunding. Passionné par la nouveauté et le web j’ai co-créé Good Morning Crowdfunding pour faire connaître ce marché."

2 commentaires

Répondre