Le crowdfunding autour du monde – Épisode 13 : le Maroc

2

À l’occasion de ce 13ème épisode de notre série « Le crowdfunding autour du monde », nous vous proposons un petit voyage au soleil, destination le Maroc !

Avant 2014, le crowdfunding « n’existait » au pays qu’à travers des projets dédiés au Maroc portés par des plateformes provenant d’autres pays, l’animation du financement participatif au sein même du Maroc dépendant alors de leurs activités. Une situation qui tend à changer avec l’arrivée cette année, de nouvelles plateformes exclusivement dédiées aux projets marocains et/ou africains. Elles ont commencé à écrire les premières pages de la finance participative marocaine. Une histoire propre au pays désormais. Analyse.

Maroc Les campagnes de crowdfunding dédiées au Maroc

D’après le baromètre 2014 réalisé par la plateforme Smala & Co, nous pouvons voir que le Maroc se trouve au coeur de nombreuses campagnes présentées sur des plateformes « étrangères ». La quasi-totalité des contributions reçues proviennent principalement de quatre zones : la France, les États-Unis, le Moyen-Orient et le Maroc bien entendu. Quant à la nature des projets, ils sont pour la plupart culturels, solidaires et humanitaires. Depuis 2010, près de 70 d’entre eux ont pu être financés grâce au financement participatif, ce qui porte le taux de réussite à 60 %. Au total, plus de 2,2 millions de dirhams marocains (environ 197 000 euros) ont été récoltés et ce, à travers le monde. 

Des chiffres qui sont parfaitement représentatifs de tout l’intérêt porté par la communauté internationale quant aux projets marocains. Pour preuve, la campagne qui a connu le plus de succès jusqu’à maintenant est celle du « Petit Zarafa », lancée en avril sur Indiegogo, la plateforme américaine de crowdfunding. Pour le projet, 20 000 dollars ont pu être récoltés ! 

Les nouvelles plateformes de crowdfunding dédiées au Maroc 

Cette année, deux nouvelles plateformes dédiée aux projets marocains ont vu le jour, ce qui constitue sans aucun doute, un tournant dans l’histoire du crowdfunding marocain. Smala & Co et Atadamone en représentent les premières pierres. D’autres devraient venir s’y poser prochainement.

Petite présentation :

– Smala & Co est une plateforme de don lancée en juin dernier par deux jeunes entrepreneurs français, Arnaud Pinier et Pierre Champsavoir. Basée en France, elle se destine essentiellement aux projets marocains de nature créative, artistique ou culturelle. Trois projets ont d’ores et déjà été lancés.

Atadamone, première plateforme de crowdfunding « d’origine » marocaine dédiée aux projets culturels, artistiques, technologiques, (…) et solidaires. À travers elle, ses deux créateurs, Khalid Farrahe et Jamal Aatif, souhaitent mettre en avant les projets marocains et ceux de l’Afrique francophone.

Les deux plateformes entendent inscrire leurs activités dans la dynamique internationale afin de promouvoir les (nombreux) porteurs de projets marocains dans le monde entier. Très enthousiaste, l’équipe de Smala & Co s’attend, au regard de la croissance actuelle, à ce que le marché atteigne les 10 millions de dirhams marocains (898 300 euros) d’ici 2016.

Elle a toutes les raisons d’y croire. Les fondations sont posées, le potentiel y est et les contributeurs répondent présents. L’avenir du crowdfunding marocain peut être envisagé sereinement.

Partager

À propos de l’auteur

“Après une licence de droit et quelques petits voyages autour du monde, je me suis réorienté vers le journalisme pour pouvoir me concentrer sur l’écriture. Au terme de mes études, j’ai alors rejoint l’équipe de Good Morning Crowdfunding, séduit par les valeurs véhiculées par le financement participatif, à savoir la rencontre, la solidarité et le partage.”

2 commentaires

  1. Pingback: Carnets de voyage - 1er volume : Le crowdfunding en Afrique |

  2. Pingback: [RÉGLEMENTATION] Bientôt un cadre légal pour le crowdfunding au Maroc - Good Morning Crowdfunding

Répondre