[LANCEMENT] La chouette Ulule accueille son petit frère Okpal

0

opkal

Le mardi 21 juin est une date à marquer d’une pierre blanche pour Ulule, plateforme de crowdfundingCe jour revêt d’une importance capitale dans la jeune histoire – création en 2010 – de celui qui fait désormais partie du quota des grands dans le monde du financement participatif. En effet, un nouveau membre de la famille d’Ulule vient de faire son apparition. La plateforme européenne vient de lancer officiellement Okpal.com (de l’anglais Ok pal, c’est-à-dire « Ok l’ami(e), on y va !), son nouveau service de collecte de fonds.

Un projet qui a été bien gardé au chaud jusqu’à la sortie d’une version béta il y a de cela quelques semaines. La plateforme compte à ce jour déjà une centaine de projet ! Cela s’explique notamment par le fait qu’il est possible de s’inscrire avec un compte Ulule déjà existant. Ainsi, ces derniers disposent d’une base d’utilisateurs potentiels déjà importants.

Mais au fond, qu’est-ce qui différencie tant Okpal d’un Leetchi ou le Pot commun ? Ulule mise énormément sur l’ergonomie de son site, parcours utilisateur, pour assurer une expérience optimale à l’utilisateur. Okpal a pour vocation de simplifier la collecte d’argent pour une cause ou un évènement. L’objectif est de permettre à chacun de lancer une collecte en 2 minutes auprès de ses proches, fans. L’autre particularité d’Okpal se situe au niveau de son développement sur mobile. Okpal devient ainsi le 1er service de collecte conçu pour mobile. Un luxe que n’offrent pas ses concurrents.

À la différence d’Ulule, il n’est en aucun cas question d’accompagner le porteur de projet dans cette aventure. Ce dernier est libre de lancer une collecte publique comme privée, et définir l’ensemble des éléments de leur collecte avec une grande flexibilité. Il peut déterminer le montant de sa cagnotte comme bon lui semble, ou bien même arrêter sa campagne quand il le souhaite, mais surtout, il n’y a pas de contrepartie comparé à une campagne de crowdfunding.

Une nouvelle qui fait du bruit dans le monde du financement participatif. Alexandre Boucherot, co-fondateur d’Ulule se montre pourtant serein face à la concurrence.

« Nous assistons à une migration massive de l’organisation de collectes formelles ou informelles vers des services en ligne. Les premiers tests que nous avons effectués ont donné d’excellents résultats, et nous sommes convaincus qu’il y a de la place pour un service comme Okpal, orienté sur la simplicité d’utilisation et l’accès mobile. Le lancement d’Okpal nous permet à la fois de répondre à une vraie demande de nos utilisateurs « historique » (du côté d’Ulule) et d’élargir le périmètre de l’entreprise en poursuivant son développement sur les sujets crowd et fintech. C’est une nouvelle étape très excitante pour la vie de notre entreprise, et nous avons hâte d’observer l’accueil que recevra Okpal auprès d’un plus large public ».

Disponible en français et en anglais, Okpal est pour l’instant accessible aux pays de la zone euro. L’objectif est de développer Okpal sur le marché international. De nouvelles fonctionnalités et un élargissement géographique sont annoncés pour la rentrée prochaine.

Si on peut relever un seul petit défaut au petit nouveau, c’est au niveau de la tarification. La commission perçue est de 5%, comprenant les taxes et les coûts transactionnels. Si on se penche du côté de la concurrence, chez Leetchi par exemple, la facture est comprise entre 2,9 et 4 % selon le montant de la collecte, avec la possibilité d’annuler ces frais si les fonds sont dépensés chez des partenaires. Chez le Pot Commun, ce dernier prélève 2,9 % sur chaque participation, avec un minimum de 0,7 euro. On ne peux pas être bon sur tous les tableaux …

Partager

À propos de l’auteur

Passionné par les nouvelles technologies et le monde du sport, je suis actuellement en première année à l'Ecole Française de Journalisme. Pour ma première expérience dans le métier, j'ai décidé de rejoindre Goodmorning Crowdfunding, média dédié à l'actualité du financement participatif. Une première expérience professionnelle inoubliable qui fut riche en émotions et en apprentissages. Une formation de qualité pour le jeune journaliste en herbe que je suis.

Répondre