[ÉCONOMIE] Fat Hen, une nouvelle approche du crowdfunding en Australie

0

fat hen

Alors que l’Australie attend une réglementation en faveur de l’equity crowdfunding, la startup Fat Hen a lancé une plateforme d’equity qui donne la possibilité à tous les investisseurs de lever des fonds dans des startups dès leur premier stade de développement.

Après que le CAMAC (Corporations and Markets Advisory Commitee) a proposé une réglementation sur l’equity crowdfunding jugée inapplicable, les législateurs ont décidé de revenir sur le projet de loi. Cependant, une nouvelle réflexion sur l’equity crowdfunding ne pourra avoir lieu avant 2015. Cela n’a pas empêché Fat Hen de concocter une nouvelle approche du crowdfunding en capital des entreprises. « Nous avons essayé de créer un modèle d’equity crowdfunding, même si la cadre réglementaire est absent », a déclaré Jeff Broun, co-fondateur de Fat Hen.

En tant que société publique, Fat Hen autorise les investissements aux particuliers comme aux gros investisseurs à partir de $100.  90% des fonds investis sont destinés aux entreprises et 10% à Fat Hen.

Pour les fondateurs, le défi de Fat Hen est de donner la possibilité à chaque Australien d’avoir accès à des investissements prometteurs. Cette initiative vient palier une défaillance en Australie ; les PME sont privées de capital de croissance en raison des lois restrictives et obsolètes relatives à l’accès au capital par des sociétés privées. « Nous croyons qu’il est temps que les personnes désireuses d’investir un petit montant dans des sociétés aient le même accès à l’investissement que les gros investisseurs », ont affirmé les fondateurs de la startup.

Actuellement, la loi autorise l’investissement en capital des entreprises uniquement aux investisseurs disposant de plus de $2,5 millions ou dont les gains annuels atteignent $25 000.

Fat Hen souhaite collaborer avec le gouvernement australien pour réussir son pari et accéder aux meilleurs résultats, mais aussi afin d’assouplir les restrictions actuelles défavorables à l’equity.

Partager

À propos de l’auteur

Répondre