[10 POINTS POUR] Savoir où en sont les femmes avec le crowdfunding

1

Pour notre rubrique hebdomadaire « 10 points pour », fraîchement lancée, vous trouverez des conseils, des explications, des chiffres, des infos sur des sujets aussi divers que variés en lien avec l’univers du financement participatif. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser aux femmes dans le milieu le crowdfunding. Ce mardi 8 mars était consacré à la Journée internationale de la femme. Alors que les femmes doivent encore faire face à l’inégalité des sexes, qu’en est-il des femmes dans le milieu du crowdfunding ? Voilà notre réponse en dix points !

égalité homme femme

  • La participation des femmes au marché du travail est de 83,4 % dans l’Hexagone, contre une moyenne de 78,4 % dans toute l’Union européenne.

  • En ce qui concerne l’égalité des salaires : l’écart est de 22,4 % en Allemagne. Il n’est que de 14,8 % en France.

  • Environ 50 % des projets financés par les plateformes de crowdfunding sont portés par une femme. 42 % des crowdfunders sont des femmes sur Indiegogo contre 30 % sur Kickstarter.
  • Selon Indiegogo, 47 % de ses projets dont l’objectif est dépassé sont dirigés par des femmes. Par ailleurs, selon une étude réalisée à l’Université Hébraïque de Jérusalem entre 2009 et 2012 sur la plateforme Kickstarter, les projets des femmes sont financés près de 8% plus que ceux des hommes. En effet, les données de la finance participative montrent que les femmes parviennent à récolter plus de fonds pour leurs projets que ne le font les hommes. Le fait qu’un porteur de projet soit de sexe féminin serait plus digne de confiance selon les internautes. Dans le secteur du crowdfunding, une équipe composée entièrement de femmes voit ses chances d’atteindre ses objectifs de collectes de fonds augmenter de 40%.
  • Selon CircleUp, une plateforme d’equity crowdfunding, les femmes porteuses de projets ont dix fois plus de succès dans leurs levées de fonds avec les plateformes de crowdfunding qu’avec les prêts bancaires, et cinq fois plus de succès que si elles avaient eu recours à une société d’investissement.

  • Même les plateformes de crowdfunding se féminisent : 42% d’entres elles sont dirigées par des femmes! Des plateformes de crowdfunding dédiées aux femmes émergent également, comme c’est le cas par exemple de MyAnnonaFund Dreamer et de Plum Alley.

  • En France, Seul un dixième des entrepreneurs qui lancent leur start-up sont des femmes, selon la Bpifrance. Les femmes représentent seulement 30% des entrepreneurs mais elles sont devenues plus engagées dans l’investissement ainsi que dans le lancement de leur propre projet. Ce chiffre stagne aujourd’hui en France alors qu’aux Etats-Unis, les femmes créent deux fois plus d’entreprises que les hommes, possèdent près de 10 millions d’entreprises, font naitre 15 millions d’emplois et ont contribué de 25% à la croissance du pays sur les 30 dernières années.

  • Le chiffre d’affaires de l’ensemble des entreprises appartenant à des femmes s’élève à plus de 1,4 trillion de dollars en 2014 !

  • « Moins de 3 % des Françaises de 18-64 ans ont créé ou repris une entreprise en 2011, contre 4,5 % en Allemagne et plus de 10 % aux États-Unis », a regretté Najat Vallaud-Belkacem, à l’époque ministre des droits des femmes, lors du lancement, en 2013 par le gouvernement, du plan pour porter le taux de l’entrepreneuriat féminin à 40 % en 2017. De plus, seulement 8 % des entreprises innovantes nouvellement créées sont dirigées par des femmes en France.

  • 69 % des femmes considèrent que la création d’entreprises est plus épanouissante que le salariat. La raison principale qui pousse l’entrepreneuriat chez les femmes est le besoin d’indépendance.

Sources : 

L’observatoire des crowdfunders de Financement Participatif France.

Le rapport de Crowdfund Capital Adisors « Crowdfunding’s Potential for Minority and Women Owned Enterprises » 

Les données de Bpifrance : « Entrepreneuriat féminin : les chiffres clés » et « La croissance économique dépend (aussi) des femmes« 

Partager

À propos de l’auteur

Journaliste web Actuellement en deuxième année à l'EFJ Paris en journalisme plurimédia, je me suis dirigée vers des études de journalisme, tout naturellement, me laissant guider par mon envie d'écrire. Passionnée de musique, j'aime tout ce qui touche à la culture de près ou de loin. Ma première expérience à Good Morning Crowdfunding m'a permis de découvrir le milieu du crowdfuding, un univers riche, dynamique et sympathique.

Un commentaire

  1. Pingback: [SOCIÉTÉ] 30 ans après Simone de Beauvoir, qu'en est-il du féminisme dans le secteur du crowdfunding ? - Good Morning Crowdfunding

Répondre