[INTERVIEW] Emmanuel Julien répond à nos questions sur le partenariat Lumo/SERGIES

1

Emmanuel JULIEN 13 bis

1 – Présentez-vous (rôle et poste dans SERGIES, parcours professionnel etc) ?

Bonjour,

Ingénieur de formation, je suis le Président du Directoire de SERGIES depuis 2010, après avoir occupé différentes fonctions au sein des entreprises du Groupe Energies Vienne, et auparavant à EDF – GDF.  SERGIES est une entreprise atypique du monde de l’énergie puisque c’est uneSociété d’Economie Mixte Locale (SEM) qui est détenue à la fois par du capital public, majoritaire, et du capital privé, minoritaire. Le capital public, qui s’élève chez nous à 85 %, est détenu par les 265 communes adhérentes au Syndicat Intercommunal « ENERGIES VIENNE ». Le capital privé, de 15 %, est détenu par la Caisse des Dépôts, le Crédit Agricole, et la Société Générale. C’est donc une société issue de la sphère publique avec des Elus qui participent directement à la gouvernance de l’entreprise en siégeant à son Conseil de surveillance.

2 – Expliquez-nous l’activité de SERGIES ?

SERGIES, qui a été créée en 2001, a pour mission de développer localement la production d’électricité d’origine renouvelable, c’est-à-dire éolien, photovoltaïque, biogaz, méthanisation, hydroélectricité, … Elle a réalisé et exploite directement 3 parcs éoliens sur le département, 170 000 m² de panneaux photovoltaïques, elle participe à 3 unités de méthanisation ou de production de biogaz et est actionnaire de nombreuses autres SEM en France. Notre objectif est d’arriver en 2025 à produire localement 45 % de notre mix énergétique en énergie renouvelable pour alimenter les habitants du département de la Vienne.

3 – Quelles sont les grandes lignes de votre partenariat avec Lumo ? En quoi consiste-t-il ?

Le partenariat avec Lumo a pour but de permettre aux citoyens d’épargner directement dans 2 toitures solaires photovoltaïques que nous venons de réaliser. C’est une épargne de long terme (10 à 20 ans), rémunérée à un taux d’intérêt de 2 à 5% par an et accessible dès 25 €. Cette épargne prend la forme d’achat d’obligations de 25 € émises par SERGIES et qui viennent se substituer à une partie de l’emprunt bancaire accordé par le crédit Coopératif pour financer ces projets. C’estLumo, grâce à sa plate-forme internet www.lumo-france.com, qui gère les échanges avec les habitants et la communauté car ce n’est pas notre rôle de gérer directement de nombreux épargnants.

4 – Pourquoi vous êtes-vous tourné vers le financement participatif ? Et pourquoi l’avoir fait avec Lumo ?

A l’occasion de la construction de notre 1er parc éolien sur le département, nous avons été interpelés par des habitants qui auraient souhaité participer au financement. Il n’était pas envisageable d’ouvrir le capital de SERGIES à des citoyens et, en 2008, le financement participatif était très lourd à mettre en place. La réglementation ayant évolué, ces dispositifs sont beaucoup plus simples à réaliser et nos Elus ont souhaité que nous nous y intéressions.

5 – Que peux-t-on vous souhaiter pour cette année 2015 ?

Les actions que nous avons mises en place en 2014 ont montré que le financement citoyen était possible sur tous nos projets. Nous souhaitons donc poursuivre en 2015 la démarche engagée et profiter de chaque nouveau projet pour y apporter une dimension participative. En tant que SEM, les citoyens nous font confiance, à nous d’aller plus loin en les associant plus directement. D’ailleurs, le projet de Loi sur la transition énergétique, en cours de finalisation, prévoit d’encourager ce type d’actions et nous sommes déjà totalement opérationnels.

Partager

À propos de l’auteur

Après une licence d’économie à la Sorbonne j’ai décidé de me lancer dans le journalisme. Passionné par les nouvelles technologies et après une première expérience dans un journal national, j’ai vu dans le financement participatif un moyen de concrétiser n’importe quelle bonne idée, même la plus farfelue et l’occasion de populariser l’innovation.

Un commentaire

  1. Pingback: [ÉNERGIE] Le marché pour le financement d'énergies vertes est en plein boom -

Répondre