Quand le crowdfunding se met au service des plus démunis

0

Si la finance participative a permis à de nombreux projets de voir le jour, des entreprises qui ont pu se créer aux différents artistes qui se sont fait découvrir au grand public, elle apparait aussi comme un moyen pour les associations et/ou sociétés de défendre leurs causes aujourd’hui. Les différentes campagnes lancées en faveur des sans-abris en constituent un exemple probant.

Le crowdfunding au service des sans-abris ? Le mélange est détonnant, en attestent les résultats obtenus jusqu’à maintenant. Analyse.

Le crowdfunding

 

Des concepts différents

Parmi les nombreux exemples existants, deux d’entre eux ont retenu notre attention :

– L’association « Toit à moi » :

Le principe : faire appel à la foule pour acheter des appartements pour les sans-abris. Les contributions régulières sont notamment destinées à rembourser les différents crédits contractés pour l’achat des appartements.

En plus de leur proposer un logement, l’association va également accompagner ces sans-abris grâce à des bénévoles, pour qu’ils puissent retrouver une vie sociale décente. Depuis 2008, « Toit à moi » a pu acheter 9 appartements, situés principalement à Nantes. Forte de son succès, l’association souhaite maintenant établir d’autres antennes à travers la France entière.

– La startup HandUp :

HandUp est une plateforme américaine de crowdfunding qui a pour objectif de venir aux sans-abris de San Francisco.

Le principe : chacun possède sa propre fiche avec sa photo et son histoire racontée sur la plateforme et son « besoin » du moment (nourriture, logement, soins médicaux…). Les contributeurs peuvent alors choisir à qui verser leurs dons.

Un concept qui a séduit de nombreux investisseurs. En effet, HandUp a récemment annoncé avoir réussi à  lever de 850 000 dollars de fonds.

L’idée de suivi : un point essentiel

La plateforme, véritable intermédiaire entre les potentiels contributeurs et les sans-abris, joue la carte de la transparence. Les gens savent pour qui et pour quelles raisons ils donnent. Un point essentiel à l’heure où le fait de ne pas savoir la destination exacte de son don constitue la principale cause de réticence invoquée.

À cela s’ajoute l’idée de suivi. Les différentes plateformes tiennent les contributeurs informés quant à l’avancée des projets auxquels ils ont contribués. Avec HandUp par exemple, il est possible de suivre via une application mobile, la progression du projet à temps réel.

Ainsi, le contributeur peut vraiment prendre conscience que son don sera utile à quelqu’un, qu’il se transformera en action concrète.

Une perspective qui l’encouragera à contribuer de nouveau et ce, bien plus que pour sa simple bonne conscience.

Partager

À propos de l’auteur

“Après une licence de droit et quelques petits voyages autour du monde, je me suis réorienté vers le journalisme pour pouvoir me concentrer sur l’écriture. Au terme de mes études, j’ai alors rejoint l’équipe de Good Morning Crowdfunding, séduit par les valeurs véhiculées par le financement participatif, à savoir la rencontre, la solidarité et le partage.”

Répondre