[SEXE] Financement participatif, érotisme et pornographie : le sexe 3.0

3

Parce que le sexe n’est plus tabou, le financement participatif en est aussi venu à bout. Vous avez dû le remarquer, les plateformes consacrées à l’univers du sexe, ou le faisant intervenir commencent à pousser comme des petits champignons ! Avec internet, l’industrie du sexe, de l’érotisme, de la pornographie est bien plus accessible. Les contenus générés, voire créés par les utilisateurs ne se font plus rares. C’est pour cela que même le financement participatif a décidé de surfer sur cette vague : et ça marche ! Mais alors de qui nous vient cette tendance ?

Pornographie et crowdfunding

L’industrie de la pornographie a toujours été proche de son public et a toujours fait appel à lui afin qu’il ai le choix des acteurs qui paraitront dans un film, du titre d’un film… Bref que la production pornographique soit le plus possible adaptée à ses goûts ! En 2010, le producteur français de film X Marc Dorcel avait déjà créé sa propre plateforme de financement participatif intitulée MyDorcel pour financer le film « Mademoiselle de Paris », qui est par la suite devenu le premier film pornographique français co-produit.

Aux États-Unis notamment, il faut savoir que les contenus pronographiques ne sont pas acceptés sur les sites de crowdfunding dits « classiques » comme Kickstarter, par exemple. Mais comme le sexe est tout de même un domaine qui rapporte beaucoup d’argent, les américains d’Extra Lunch Money, un site de vente en ligne de vidéos et photos pour adultes, ont décidé de lancer Offbeatr en 2012. Offbeatr, c’est une plateforme de crowdfunding X qui fonctionne sur le système du don et où les internautes soutiennent les films et autres jeux vidéos interdits au moins de 18 ans qu’ils souhaitent un jour voir sur leurs écrans. Sur cette plateforme, tout comme sur GogoFantasy fonctionnant sur le même système, les contreparties sont elles aussi réservées aux adultes.

Sexe & crowdfunding

Bien plus soft et bien plus récente, la plateforme de financement participatif, elle aussi américaine, Cum Fund Me, a décidé de se consacrer à l’univers du sexe de manière plus général. Elle peut en effet financer un film pornographique tout comme une nouvelle société de sextoys, par exemple. Car même si le sexe n’est plus tabou dans notre société moderne, les banques, elles, restent tout de même frileuses quant à ce type d’investissements, poussant ainsi les personnes travaillant dans l’industrie du sexe à se tourner de plus en plus vers leur fidèle public.

Nous pouvons également parler de PiggyBankGirls, une plateforme de financement participatif érotique qui aide des femmes, bien évidemment majeures, à obtenir de l’argent pour payer divers frais de leurs vie quotidienne. En échange de sommes d’argents, elles partagent des photos ou des vidéos sexys d’elles-mêmes, en guise de contreparties. Pour l’instant, plus d’un an après le lancement de la plateforme, plus de 80 campagnes ont circulé sur celle-ci et plus de 43 300€ ont été brassés pour satisfaire plus de 8 200 membres.

Sexe et crowdfunding

Grâce à ce coït entre sexe et crowdfunding, chacun peut désormais avoir son « porno idéal ». Et en France notamment, la pornographie générée par les utilisateurs bat son plein ! Nous pouvons prendre le célèbre exemple du site participatif « Jacquie et Michel », où des internautes lambdas peuvent poster des vidéos ou des photos de leurs propres ébats. Le crowdfunding semble donc avoir pris le bon filon !

Mais malgré une gêne qui disparait quant à ce milieu, l’industrie de la pornographie va tout de même très mal en France. En effet, les producteurs appréhendent de plus en plus à investir dans ce secteur… Ainsi, en se rapprochant de ses consommateurs, notamment par le biais du crowdfunding, l’industrie du sexe pourrait se refaire une santé ! Mais cela n’est pas sans risque puisque les producteurs avérés pourraient bien se voir concurrencés par les amateurs…

Partager

À propos de l’auteur

Passionnée de journalisme depuis toujours, c’est après une licence en information et communication que mon avenir s’est confirmé : je veux écrire. Après une expérience en tant que rédactrice pour une chaîne télévisée publique française, Good Morning Crowdfunding a donc été pour moi l’opportunité de découvrir l’univers des startups, tout en continuant à être du côté de la rédaction.

3 commentaires

  1. Pingback: [SEXE] Le financement participatif de Pornhub pour la sexploration spatiale ! -

  2. Pingback: [TOP 3] Les campagnes de crowdfunding coquines -

Répondre