[PRESSE] Le crowdfunding est-il un modèle économique viable pour la presse ?

0

Don argent

Le crowdfunding est une nouvelle source de revenus qui profite à la presse. En période de « crise » et de transition numérique, les titres de presse français sont affaiblis par une concurrence accrue et de grands bouleversements dans le secteur. En effet, la presse doit aujourd’hui se réinventer pour survivre. Même si le financement participatif ne représente pas un modèle économique à part entière, il s’agit d’un élément qui peut aider les médias à faire peau neuve !

L’appel aux dons permet le financement de projets particuliers pour des journalistes indépendants comme un reportage ou le lancement d’une revue et permet à certains médias d’entamer leur transition numérique ou de s’affirmer encore plus sur le web. Pour d’autres, il s’agit malheureusement de ne pas disparaître.

Le financement participatif de la dernière chance a profité au journal Nice-Matin. En récoltant plus de 370 000 euros en septembre 2014, sur la plateforme Ulule, le journal a été sauvé grâce à la mobilisation de ses lecteurs. Nice-Matin a également profité de son succès pour relancer une nouvelle campagne de pré-abonnements sur cette même plateforme pour lancer une nouvelle édition abonnés numérique avec #monjournal. Le canard a même annoncé un partenariat avec Ulule pour soutenir les projets locaux faisant appel au crowdfunding. Pour Nice-Matin, l’aventure a permis à son lectorat de participer à la vie du journal.

Nice matin

Si les salariés de Nice-Matin ont décidé de se lancer dans le financement participatif, ce n’est pas un cas isolé ! De gros titres français sont également sur la liste. Pour n’en citer que quelques-uns, on compte parmi eux, L’humanité, Charlie Hebdo, le Monde diplomatique, Alternatives Economiques qui a récemment collecté plus de 100 000 euros sur les 40 000 euros demandés au mois de mars sur Ulule ou encore Terra Eco qui avait lancé une campagne de crowdfunding en 2014 pour sauver le magazine. Avec son objectif de 100 000 euros largement atteint, Terra Eco n’a pourtant pas réussi à remonter la pente et vient d’annoncer récemment la fin de leur titre de presse. Le financement participatif n’aura pas non plus suffit à sauver le magazine Têtu.

De nombreux titres de presse sont également né grâce au crowdfunding. C’est le cas de Paulette, Society ou encore Brief.me, la newsletter quotidienne qui hiérarchise l’info pour vous, qui avait obtenu 886 préventes sur les 500 demandés. Ces trois grands médias ont deux choses en commun : ils sont novateurs et développent une ligne éditoriale précise et réfléchie. Il s’agit pour la presse d’avoir une vraie proposition avant de se lancer dans une opération de financement participatif.

Depuis 2007, l’association Presse Et Pluralisme permet aux entreprises de presse de recevoir des dons défiscalisés. L’appel aux dons n’est pas nouveau ! Vous pouvez même faire un don directement sur les sites des journaux mais le crowdfunding reste plus mobilisateur car il permet de toucher des personnes autres que vos lecteurs réguliers et de nouer une communauté forte autour de votre projet. La difficulté est de savoir fédérer et fidéliser d’autres personnes après votre campagne de crowdfunding.

Partager

À propos de l’auteur

Journaliste web Actuellement en deuxième année à l'EFJ Paris en journalisme plurimédia, je me suis dirigée vers des études de journalisme, tout naturellement, me laissant guider par mon envie d'écrire. Passionnée de musique, j'aime tout ce qui touche à la culture de près ou de loin. Ma première expérience à Good Morning Crowdfunding m'a permis de découvrir le milieu du crowdfuding, un univers riche, dynamique et sympathique.

Répondre