PDJ 6 juin : Vizir, restauration du dernier cheval de l’Empereur Napoléon Bonaparte

0

PDJ

Vizir, restauration du dernier cheval de l’Empereur Napoléon Bonaparte

En 1802, Napoléon 1er reçoit de la part de Selim III, sultan ottoman, un cadeau d’une valeur inestimée : un étalon gris prénommé « Vizir« . Inséparables, ils vont remporter de nombreuses batailles ensemble – pendant quatorze années – dont celle d’Iéna et d’Eylau. Vizir, qui était l’une des montures les plus célèbres de Napoléon Bonarparte, aura fortement contribué à écrire sa légende.

Très apprécié par l’Empereur, ce cheval pas comme les autres aura eu l’honneur d’être représenté par les plus célèbres peintres du Premier Empire. Un honneur qui ne s’arrêtera pas là. Vizir rentrera dans la légende napoléonienne en étant naturalisé après sa mort. Exposée dans différents musées, la dépouille de Vizir finit par trouver sa place parmi les collections du musée de l’Armée, là où 1 500 000 de visiteurs annuels viennent le contempler.
PDJ

Un privilège qui risque de disparaître. En effet, après deux siècles d’exposition, Vizir subit les blessures du temps (fissures, décolorations). Cette campagne de crowdfunding servira à financer sa restauration et une vitrine de conservation adaptée.

Pour une participation de 20 euros, vous recevrez deux billets pour un accès au musée et à l’exposition Napoléon à Sainte-Hélène. La conquête de la mémoire. Votre nom sera affiché sur le dispositif du chantier de restauration et sur le site internet le temps de la restauration. Pour 150 euros, vous recevrez les deux dernières contreparties avec une visite VIP, pour deux personnes, en petit groupe, de l’exposition Napoléon à Sainte-Hélène. La conquête de la mémoire, par le commissaire de l’exposition (date à choisir dans un calendrier de visites).

Ulule.

MONTANT RECHERCHE: 15 000 €


Partager

À propos de l’auteur

Passionné par les nouvelles technologies et le monde du sport, je suis actuellement en première année à l'Ecole Française de Journalisme. Pour ma première expérience dans le métier, j'ai décidé de rejoindre Goodmorning Crowdfunding, média dédié à l'actualité du financement participatif. Une première expérience professionnelle inoubliable qui fut riche en émotions et en apprentissages. Une formation de qualité pour le jeune journaliste en herbe que je suis.

Répondre