PDJ 15 juin : King Kong Théorie, l’adaptation théâtrale du succès littéraire de Virginie Despentes

0

PDJ

King Kong Théorie – l’adaptation théâtrale d’un succès littéraire

Sous la direction d’Emmanuelle Jacquemard, jeune metteuse en scène parisienne de 26 ans, la compagnie 411 Pierres, constitué de cinq comédiennes, adapte l’essai de Virginie Despentes, King Kong Théorie, publié en 2006 chez Grasset.

Dans cet essai, ou récit autobiographique, Virginie Despentes, avec son style fleuri va mettre en éveil la réflexion de son lectorat à travers plusieurs points qu’on pourrait qualifier de tabou aux yeux de la société. Expérience de la prostitution, trauma lié au viol et exploration des milieux et pratiques pornographiques, le texte interroge de manière frontale la sexualité féminine et la définition originelle du féminin. Présenté par son éditeur comme « un manifeste pour un nouveau féminisme », King Kong Théorie, à sa manière, esquisse à la fois un constat du féminin au présent et tente d’ouvrir le champ des possibles futurs.

Un texte, qui avec son côté trash peut rendre compliqué l’adaptation de cet essai en une pièce de théâtre. Pourtant, Emmanuelle Jacquemard et son crew 100% féminin relèvent ce défi à l’aube de l’été 2014. Un projet qui prend forme en septembre 2014 marqué par le début des répétitions. Après près de huit mois de travail sans relâche, Emmanuelle et sa compagnie présentent au grand public le fruit d’un travail acharné. La récompense se traduit par quatre représentations en avril 2015 au centre d’animation La Jonquière, qui sera couronné de succès :

« on a battu des records de fréquentation » s’amuse fièrement la jeune femme.

C’est sur cette bonne dynamique que la compagnie 411 Pierres remonte fièrement sur les scènes de Paris, du 12 janvier au 6 février, au Théatre des Déchargeurs, situé dans le quartier des Halles du 1er arrondissement de Paris. Pour Emmanuelle et sa troupe, LA représentation à ne pas manquer, se fera en juillet, au théâtre de la Luna, pendant le Festival Off d’Avignon. Or, participer au Festival d’Avignon implique énormément de frais (location de la salle, logement, défraiements, frais techniques….).

Elle confie par ailleurs qu’elle s’auto-finance : « ça me coûte plus que ça ne me rapporte« .

Ainsi, pour pouvoir assumer plus sereinement les coûts de communication et de diffusion, et de pouvoir assurer un lendemain à ce projet, elles ont décidé de lancer une campagne de crowdfunding sur la plateforme numérique de financement participatif, ProArti, dédiée à la création artistique et à la découverte culturelle. Un projet qui fait appel à la générosité des donateurs. L’objectif est fixé à 1 000 euros. Le montant global du projet est estimé à 28 080 euros. À noter que ce projet ouvre droit à une déduction fiscale.

En guise de remerciement, Emmanuelle et toute l’équipe artistique vous offriront une invitation pour une représentation, soit au Théâtre des Déchargeurs (Paris) soit au Théâtre La Luna (Avignon), plus une carte postale envoyée d’Avignon ainsi qu’une photo de l’équipe au Festival d’Avignon envoyée par mail pour un don de 110 euros. Pour 500 euros, vous aurez droit à deux invitations à un apéro dinatoire avec toute l’équipe du spectacle, deux invitations pour une représentation, une carte postale envoyée d’Avignon avec la photo de l’équipe au Festival d’Avignon ainsi que King Kong Théorie en livre de poche.

Retrouvez au Carreau du Temple le jeudi 16 juin à partir de 19h30 jusqu’à 22h, le ProartiLab #9 spécial Avignon. Plusieurs projets seront présentés dont le King Kong Théorie !

ProArti.

MONTANT RECHERCHE: 1000 €


 

Partager

À propos de l’auteur

Passionné par les nouvelles technologies et le monde du sport, je suis actuellement en première année à l'Ecole Française de Journalisme. Pour ma première expérience dans le métier, j'ai décidé de rejoindre Goodmorning Crowdfunding, média dédié à l'actualité du financement participatif. Une première expérience professionnelle inoubliable qui fut riche en émotions et en apprentissages. Une formation de qualité pour le jeune journaliste en herbe que je suis.

Répondre