PDJ 14 Octobre : Le Chevalier Bayard

0

PDJ

Les Restes du Chevalier Bayard – Identification, reconstitution et préservation

Le Chevalier Bayard est un symbole de l’époque des Chevaliers en France. Il était très respecté à son époque et a été jusqu’à adouber le jeune roi François Ier à l’issue de la bataille de Marignan, en septembre 1515.
Le Seigneur de Bayard, de son vrai nom Pierre Terrail, est un noble dauphinois qui s’est illustré par son courage et sa bravoure pendant les guerres d’Italie du XVème et XVIème siècle. Son histoire a été raconté par son compagnon d’arme Jacques de Mailles dans la Très joyeuse et plaisante histoire du gentil seigneur de Bayard, le bon chevalier sans peur et sans reproche, qui est encore lu aujourd’hui. Il symbolise à lui seul les valeurs des chevaliers français du Moyen-Âge. Il meurt d’un coup d’escopette dans le dos qui lui brise la colonne vertébrale en avril 1524, à l’âge de 48 ans, lors d’une bataille. Son corps est alors ramené chez lui et est enterré à l’église Saint-Martin d’Hères près de Grenoble. En 1937, quatre crânes sont exhumés de l’église. Il s’agirait de celui des restes de Bayard, De Bourchenu père et fils, et de l’historien Valbonnais. Ils sont entreposés aux archives départementales de l’Isère sans certitude que le chevalier soit là. Pour confirmer qu’il s’agit bien de lui, reconstituer son visage et étudier des caractères phénotypiques : taille, couleur des cheveux et des yeux, son descendant Jean-christophe Parisot de Bayard souhaite effectuer des tests ADN mitochondrial grâce à sa descendance féminine issue de sa famille maternelle. Pour cela et grâce à des heures de recherches, trois femmes ont été retrouvées en France.
Cette collecte servira a effectuer les tests ADN et la reconstitution du visage du chevalier sans peur.
Pour 50 euros vous aurez une reproduction couleur d’une gravure représentant Bayard et pour 200 euros l’ouvrage Marignan 1515 La bataille des géants (Ed.Christian, 2015) dédicacé par l’auteur. Dartagnans.

MONTANT RECHERCHE: 10 000 €


Partager

À propos de l’auteur

Répondre