On Kickstarter Etiquette and Crowd-Funding Fatigue

0

url25

 

I remember when I first discovered Kickstarter.

Now anybody can be a patron of the arts? How cool is that!

I remember growing up, considering a career in the arts, and being told that without a record label, I could never put out an album. Without waiting in cattle call audition lines, I could never perform on Broadway. Without writing a multi-million dollar check, I could never be considered a « patron » of anything.

Then, along came Kickstarter, and everything changed. It democratized the arts and enabled anybody to post a creative project and find funders. What an amazing idea! Why shouldn’t a movie have a thousand « producers » listed in the credits? Why shouldn’t a band be able to fund an album directly via fans? Through Kickstarter, we saw the Pebble watch raise a record $10.2 million. We saw the Veronica Mars movie raise $2 million in less than 10 hours! I supported my good friend, Jimmy, in producing « It Gets Better: The Musical » — a theater production that likely would not have happened in a pre crowd-funding world. A Kickstarter-funded film won an Academy Award this year. Heck, Philadelphia got a pizza museum andChattanooga even got their very own font!

But the novelty and appeal have long since worn off.

Lately, I’ve heard many people complain that they feel inundated by Kickstarter requests. Rather than a platform to support creative visionaries, it’s become just another way to hit people up for money. It’s quickly gone from a celebration of the arts to a commentary on modern society where (1) it’s become totally acceptable to ask people for money all the time, because we are protected behind a computer screen, and (2) absolutely everyone thinks they have something to say or showcase that warrants public attention.

I really love supporting my friends. I like sharing their Facebook posts, contributing to their charity marathons, buying their books, linking to them from my blog — you name it. As someone who once dreamed of singing on Broadway (and not so secretly still dreams it), I get so much enjoyment from supporting the arts and feel horrible knowing that if someone doesn’t raise the full amount of their Kickstarter pledge, then all the money gets forfeited. But I also acknowledge that there’s a really fine line between supporting artistic projects and socially acceptable pan-handling.

I’m just feeling a bit burnt out. Am I soon going to have to start the next Kickstarter of my own just to fund my own Kickstarter giving?

If you’re creating a crowd-funding campaign, here are a few etiquette tips to keep in mind before asking others to support you:

1) If you promise something, and people give you money, you need to deliver on your promise. You only get one chance with most people. That means that you shouldn’t have multiple Kickstarter projects going simultaneously. Offer a wide array of funding levels (not just $5 and $500) to enable anyone to back you without feeling weird about it. Provide creative incentives that you can realistically deliver on to show people you appreciate their support at any level.

2) Make sure your promotional video is really awesome. Keep it short (under a minute is ideal), and make it as creative and shareable as possible. People need to like you, believe in you, and feel excited about your project. Seeing you speak will reassure backers that you are trustworthy and committed. Most importantly, people are going to want to understand exactly what you plan to do with their money. So be honest with them.

3) It’s bad etiquette to keep hitting up your friends and family repeatedly for money. Make sure you have at least a little bit of a fan base before you go out and start Kickstarting. If your only support base right now is friends and family, you might want to wait a bit longer.

And if you’re on the giving side of a Kickstarter campaign, here are a few recommendations:

1) If you decide to support a project, there’s no pre-determined etiquette around how much you have to give. Remember that any amount is okay, even $5. Sometimes the symbolic value of giving means more to a friend than the actual amount itself. If it’s someone who has supported one of your asks or charity walk-a-thons in the past, though, you might consider matching the level they gave you.

2) Consider impact. Even though many Kickstarter projects fail and are definitely a gamble to back, remember that your support of a $4,000 photography project likely means so much more to the artist and has the potential for a much bigger impact than the same contribution to a museum that has a multi-million dollar budget.

3) No matter what, only give money that you can afford to lose. Because you’re not « investing » in a project when you back it on Kickstarter (meaning you’re not a shareholder), you’ll never see financial returns from your money. So set a budget for yourself that is reasonable, where you can have fun supporting budding artistic projects without feeling so stressed out about financials that you’re tempted to sue over $70, like this guy.

Randi Zuckerberg

Read the article: http://www.huffingtonpost.com/randi-zuckerberg/kickstarter-etiquette_b_3055863.html

 


Google Translate:

Je me souviens quand j’ai découvert Kickstarter.

Maintenant, n’importe qui peut être un mécène? C’est pas cool ça?

Je me souviens en grandissant, d’envisager une carrière dans les arts, et on me dit que sans un label, je ne pourrais jamais sortir un album. Sans attendre dans les lignes de bétail audition d’appel, je ne pourrais jamais jouer à Broadway. Sans faire un chèque de plusieurs millions de dollars, je ne pourrais jamais être considéré comme un «patron» de quoi que ce soit.

Puis vint Kickstarter, et tout a changé. Il démocratise l’art et à tous ceux activé pour poster un projet créatif et trouver des bailleurs de fonds. Quelle idée géniale! Pourquoi ne pas avoir un film d’un millier de «producteurs» figurant dans les crédits? Pourquoi devrais pas un groupe en mesure de financer un album directement par les fans? Grâce à Kickstarter, nous avons vu la montre Pebble élever un record de 10,2 millions de dollars. Nous avons vu le film Veronica Mars recueillir 2 millions de dollars en moins de 10 heures! J’ai soutenu mon bon ami, Jimmy, dans la production de «It Gets Better: The Musical » – une pièce de théâtre qui n’aurait probablement pas eu lieu dans un pré-financement foule monde. Un film Kick-financé a remporté un Academy Award cette année.

Mais la nouveauté et l’appel ont depuis longtemps disparu.

Dernièrement, j’ai entendu que beaucoup de gens se plaignent qu’ils se sentent submergés par les demandes de Kickstarter. Plutôt que d’une plate-forme pour soutenir visionnaires créatifs, il est devenu tout simplement une autre façon de démarcher les gens pour de l’argent. Il est rapidement passé d’une célébration des arts à un commentaire sur la société moderne où (1) il est devenu tout à fait acceptable de demander aux gens de l’argent tout le temps, parce que nous sommes protégés derrière un écran d’ordinateur, et (2) absolument tout le monde pense qu’ils ont quelque chose à dire ou à mettre en valeur qui mérite une attention publique.

J’aime vraiment soutenir mes amis. J’aime partager leurs messages Facebook, contribuant ainsi à leurs marathons de bienfaisance, l’achat de leurs livres, des liens entre eux à partir de mon blog – you name it. Comme quelqu’un qui rêvait de chanter sur Broadway (et non pas si secrètement rêve encore), je reçois tant de jouissances de soutenir les arts et de me sentir horrible sachant que si quelqu’un ne porte pas le montant total de leur engagement Kickstarter,  tous l’argent est perdu. Mais je reconnais également qu’il ya une ligne très fine entre le soutien aux projets artistiques et le quémandage socialement acceptable.

Si vous créez une campagne de financement foule, voici quelques conseils de savoir-vivre à garder à l’esprit avant de demander aux autres de vous aider:

1) Si vous promettez quelque chose, et les gens donnent de l’argent, vous devez tenir votre promesse. Vous n’avez qu’une seule chance avec la plupart des gens. Cela signifie que vous ne devriez pas avoir des projets Kickstarter multiples va simultanément. Offrent un large éventail de niveaux de financement (et pas seulement $ 5 et $ 500) pour permettre à quiconque de vous soutenir sans se sentir bizarre à ce sujet. Offrir des incitatifs créatifs que vous pouvez raisonnablement offrir à montrer aux gens que vous appréciez leur soutien à tous les niveaux.

2) Assurez-vous que votre vidéo promotionnelle est vraiment génial. Il doit être court (moins d’une minute est idéal), et la rendre aussi partageable et créative que possible. Les gens ont besoin de vous, croyez en vous, et se sentir excité à propos de votre projet. Voyant que vous parlez va rassurer les bailleurs de fonds que vous êtes digne de confiance et engagés. Plus important encore, les gens vont vouloir comprendre exactement ce que vous comptez faire avec leur argent. Alors, soyez honnête avec eux.

3) C’est de la mauvaise étiquette de continuer à demander à vos amis et votre famille à plusieurs reprises pour de l’argent. Assurez-vous d’avoir au moins un peu d’une base de fans avant de sortir et de commencer Kickstart. Si votre base de soutien que ce moment est amis et votre famille, vous voudrez peut-être attendre un peu plus longtemps.

Et si vous êtes sur le côté donnant sur une campagne Kickstarter, voici quelques recommandations:

1) Si vous décidez de soutenir un projet, il n’y a aucune étiquette prédéterminée autour de combien vous avez à donner. Rappelez-vous que tout montant est correct, même 5 $. Parfois, la valeur symbolique de donner plus de signification pour un ami que le montant réel lui-même. Si c’est quelqu’un qui a soutenu l’un de vos demande ou la charité sans rendez-o-thons dans le passé, cependant, vous pourriez envisager d’adapter le niveau qu’ils vous ont donné.

2) Pensez à l’impact. Même si les projets Kickstarter échouent et sont certainement un pari à dos, n’oubliez pas que votre soutien d’un projet photographique 4000 $ signifie probablement beaucoup plus à l’artiste et a le potentiel pour un impact beaucoup plus grand que la même contribution à un musée qui a une budget de plusieurs millions de dollars.

3) Seulement donner de l’argent que vous pouvez vous permettre de le perdre. Parce que vous n’êtes pas «investir» dans un projet quand vous le sauvegarder sur Kickstarter (ce qui signifie que vous n’êtes pas un actionnaire), vous ne verrez jamais les retombées financières de votre argent. Ainsi, définir un budget pour vous-même ce qui est raisonnable, où vous pouvez vous amuser en herbe soutenir des projets artistiques sans se sentir tellement stressé à propos de finance que vous êtes tentés de poursuivre plus de 70 $, comme ce gars.

Randi Zuckerberg

Partager

À propos de l’auteur

“Professionnel de l’investissement dans les entreprises innovantes en amorçage, je suis toujours attentif aux évolutions de moyens de financer la croissance des entreprises. J’ai co-fondé fin 2013 Sowefund, plateforme de financement participatif en equity qui permet à tous de prendre part au développement des entreprises françaises en investissant aux côtés de professionnels du secteur. Un mix entre le financement participatif et les moyens de financement traditionnels va considérablement accroitre la capacité de nos start-up.”

Répondre