Le crowdfunding version « Tips » a le vent en poupe !

0

Le phénomène du “Tip” ou pourboire est apparu récemment dans le marché du financement participatifLe principe ? Il permet à un créateur de contenus sur le web de faire appel à la générosité de ses fans pour continuer ses activités dans de meilleures dispositions. L’idée étant pour lui de récolter à fréquence régulière, des petits montants (des “tips”) qui, mis bout à bout, vont constituer une somme plus importante. Une forme de « salaire » qui lui permettra de financer ses prochaines réalisations et de continuer à proposer son contenu gratuitement sur le web. À la différence des services de crowdfunding « classiques », il n’y a pas la contrainte de délai à respecter pour atteindre son objectif. Les fans contribuent quand ils veulent.

Lancé en 2013, le concept a de suite séduit, en témoignent les chiffres plus que prometteurs enregistrés par les acteurs de la finance participative qui se sont spécialisés dans le Tip. Un succès qui n’est pas prêt de s’arrêter, qui plus est, avec l’arrivée récente de Youtube sur le marché…

Le financement participatif sous forme de Tips : un concept qui séduit

Patreon

Créée en mai 2013, la plateforme américaine Patreon a été la première à lancer le concept en proposant aux artistes et créateurs de se voir offrir un salaire grâce à leurs fans à travers de petites contributions mensuelles. Les fans deviennent de ce fait, indirectement les « patrons » des créateurs en leur offrant un salaire chaque mois. C’est justement cette idée de régularité qui a révolutionné le marché du crowdfunding. Le succès a vite été au rendez-vous. Un peu plus d’un an après son lancement, Patreon a permis de lever plus de 15 millions de dollars pour de nombreux artistes.

Tipeee

Pour l’Europe, la plateforme Tipeee en est la pionnière. Lancée le 12 décembre de la même année par Michael Goldman (MyMajorCompany), elle a vite suivi le mouvement initié par Patreon en proposant son propre format. En à peine un an, elle a permis de collecter plus de 100 000 euros pour près de 250 créateurs dont de nombreux Youtubers français très populaires sur la toile grâce à leurs mini-séries (le Fossoyeur de Films, le Cinéma de Durendal, French Food Porn…). Autrement que par des « clics », ces créateurs du web ont pu voir leur popularité se matérialiser à travers une rémunération concrète. De quoi les encourager à continuer leurs activités, qu’ils exercent seuls généralement.

2015 : année de la consécration pour le crowdfunding version Tips ?

Les premiers résultats enregistrés le montrent, le concept novateur a fait de nombreux adeptes aussi bien aux États-Unis grâce à Patreon qu’en Europe avec Tipeee. Mais il pourrait bien prendre une nouvelle dimension, avec l’arrivée de Youtube sur le marché.

Youtube

En mai dernier, le géant américain avait fait savoir son intention de se lancer dans le financement participatif en proposant une option dédiée sur son interface. C’est chose faite depuis début septembre. Youtube a lancé une nouvelle fonctionnalité, le « Fan Funding« , permettant aux Youtubers (auteurs de vidéos) de récolter des fonds directement auprès de leur communauté de fans. Pour le moment, le Fan Funding n’a été lancé que dans quatre pays, à savoir les États-Unis, le Japon, le Mexique et l’Australie. D’autres devraient les rejoindre dans les mois à venir.

Mais le milliard de visiteurs uniques que compte Youtube chaque mois et le nombre de pays (61) dans lesquels le site est disponible laissent présager de l’ampleur que prendra le Tip et le crowdfunding en général, quand la fonctionnalité sera ouverte partout dans le monde…

Ainsi, la vedette du crowdfunding en 2015 risque bien d’être le Tip !

À suivre de très près !

Partager

À propos de l’auteur

“Après une licence de droit et quelques petits voyages autour du monde, je me suis réorienté vers le journalisme pour pouvoir me concentrer sur l’écriture. Au terme de mes études, j’ai alors rejoint l’équipe de Good Morning Crowdfunding, séduit par les valeurs véhiculées par le financement participatif, à savoir la rencontre, la solidarité et le partage.”

Répondre