Le crowdfunding autour du monde – Épisode 10 : l’Australie

3

Pour ce dixième épisode de la série « Le crowdfunding autour du monde », nous remettons le cap vers l’Océanie pour vous emmener en Australie !

Le pays, bien loin des départs canons qu’ont pu connaître les États-Unis, l’Angleterre ou la France, a vu son marché du crowdfunding se développer peu à peu. Aujourd’hui, les bases sont posées. Le pays a bel et bien entamé le développement de son marché, en pleine phase ascendante, faisant de lui un potentiel géant du financement participatif pour les prochaines années. Il faut dire que l’Australie a des arguments à faire valoir : en plus de constituer un espace stratégique -une parfaite passerelle vers l’Asie pour les leaders mondiaux-, ses plateformes se portent très bien et commencent à développer leurs activités à l’échelle internationale. Analyse.

Australie

Petit aperçu des plateformes de crowdfunding

Peu nombreuses mais efficaces, une définition seyant parfaitement aux plateformes de financement participatif australiennes. Parmi celles spécialisées dans le don, Pozible en représente la principale de par les statistiques impressionnantes qu’elle arbore et la portée de ses activités (nous y reviendrons). En effet, depuis sa création en 2010, plus de 23 millions d’euros ont pu être récoltés via sa structure pour un total de 7027 projets financés, faisant d’elle un des principaux concurrents (pour le don) vis-à-vis des leaders américains Kickstarter et Indiegogo.

Everyday Hero compte également parmi les acteurs de la finance participative australienne. Celle-ci se destine aux projets de charité ou humanitaires. Depuis son lancement en 2007, elle a pu récolter plus de 100 millions de dollars ! Son activité est aujourd’hui étendue jusqu’en Nouvelle-Zélande, Singapour et le Royaume-Uni.

Pour l’equity (investissement au capital d’une entreprise), vous avez la plateforme Assob, créée en 2005 et devenue depuis, la référence en la matière. Plus de 140 millions de dollars ont pu être levés pour près d’une centaine d’entreprises.

Un marché du crowdfunding ouvert à l’international 

Kickstarter a étendu son activité à l’Australie (à l’instar de la Nouvelle-Zélande), montrant un réel intérêt du géant américain quant au marché du crowdfunding océanien. Une manoeuvre qui lui permet aujourd’hui de toucher les internautes australiens mais aussi de s’ouvrir une porte vers l’Asie… En effet, de par ses relations économiques et sa proximité géographique avec l’Asie, le continent représente une passerelle idéale pour atteindre le marché asiatique, faisant ainsi de l’Australie un espace stratégique majeur.

Cette ouverture vers l’international va aussi dans l’autre sens. Effectivement, les plateformes australiennes, bien loin de se montrer passives sur ce point, ont étendu leurs activités bien au-delà les océans. C’est le cas notamment de Pozible, présente aux États-Unis dans la Silicon Valley, en Chine et à Singapour. Idem pour Assob, en étroite relation avec les États-Unis. Elles ont d’ores et déjà acquis une certaine notoriété, en atteste le succès incroyable rencontré par le projet Star. 21 Fitness band, le capteur sportif. Déposé sur Pozible par une équipe de concepteurs chinois, le projet a déjà récolté plus de 4 fois son objectif de départ !

Des ouvertures vers le monde qui montrent la volonté de l’Australie à développer son marché du crowdfunding.

Bientôt un nouveau cadre légal pour l’equity crowdfunding

Actuellement, la loi australienne n’autorise les entreprises à passer par l’equity qu’à certaines conditions. Les investisseurs doivent être « aptes » financièrement, c’est à dire posséder plus de 2,5 millions de dollars en actifs ou recevoir au minimum 250 000 dollars de gains annuels.

Une situation qui tend à changer. Une récente étude menée par la CAMAC (Corporations and Markets Advisory Committee) pour le gouvernement australien préconise une ouverture autorisant de plus petits investisseurs à participer au capital d’une entreprise. Les nouveaux plafonds descendraient à  2500 dollars par entreprise pour chaque investisseur et ce, pour un total de 10 000 dollars investis chaque année.

Le gouvernement australien a annoncé qu’il prendrait ces mesures potentielles en considération et devrait se prononcer dans les prochains mois.

Ce nouveau cadre légal permettrait à de (très) nombreuses entreprises de bénéficier d’un nouveau moyen de financement pour se lancer. Ce qui ne peut être que bénéfique pour le pays, à condition bien sûr que les dispositions soient pourvues des protections adéquates pour les investisseurs.

Il va falloir encore un peu de temps avant que l’Australie ne devienne véritablement un géant du crowdfunding mondial.

Il ne lui manque vraiment pas grand chose.

Partager

À propos de l’auteur

“Après une licence de droit et quelques petits voyages autour du monde, je me suis réorienté vers le journalisme pour pouvoir me concentrer sur l’écriture. Au terme de mes études, j’ai alors rejoint l’équipe de Good Morning Crowdfunding, séduit par les valeurs véhiculées par le financement participatif, à savoir la rencontre, la solidarité et le partage.”

3 commentaires

  1. Pingback: [AUSTRALIE] Bientôt un nouveau cadre légal relatif à l'equity crowdfunding |

  2. Pingback: Carnets de voyage – 2ème volume : Le crowdfunding en Océanie |

Répondre