[ENQUÊTE] Retour sur quelques arnaques du crowdfunding

1

Eyez

Le crowdfunding, on est d’accord, c’est révolutionnaire. Les projets les plus beaux, mais aussi les plus fous naissent grâce à lui… Ou pas. Sur les plateformes de dons, il serait un peu trop facile de se moquer des donateurs… Aujourd’hui, nous vous avons sélectionné quelques-unes des grosses arnaques dont a été victime le crowdfunding, mais surtout ses donateurs. Autant vous prévenir, Kickstarter est une des principales victimes…

Commençons d’ailleurs par un projet Kickstarter mis en campagne par un certain Erik Chevalier. Cette homme voulait développer un jeu de plateau pour 35 000$. Au final, l’idée a plus que séduit les internautes et il en a récolté 120 000$… Au plus grand désespoir des donateurs qui n’ont jamais vu la couleur de ce jeu ! En effet, Erik a par la suite osé publié un petit mot destiné aux donateurs sur Kickstarter indiquant que tout l’argent avait été dépensé et qu’il ne pourrait pas l’utiliser afin de « terminer » le jeu. Mais que diable a-t-il fait de cet argent ?! Il s’en est tout simplement servi pour déménager à Portland. Remarquez, c’est sympa comme endroit.

Poursuivons sur notre lancée : ces paires de lunettes Eyez par ZionEyez, elles aussi financées sur Kickstarter en 2011. Plus de 340 000$ levés pour ces lunettes-caméras à la pointe de la technologie, pour rien. Aucunes paires de lunettes ne sont sorties et les « créateurs » sont devenus muets à la fin de la levée de fonds.

Ne nous acharnons pas non plus, voici l’exemple d’un projet qui a évité la qualification « d’arnaque » de justesse. Kobe Red est un projet qui promettait la production de viande séchée bio de vaches massées et élevées à la bière. C’est presque tellement mignon que pour 1 800€ demandés, 90 000€ ont au final été récoltés. Mais lorsque des documentaristes de Kickstarter décident de parler du projet et se penchent sur celui-ci afin d’en savoir plus, ils trouvent des éléments suffisamment suspicieux pour mettre un terme à cette campagne… 1 jour avant la fin de la levée de fonds ! Ouf, les donateurs auront eu chaud.

Comme quoi, Kickstarter ne se laisse pas toujours faire et réagit parfois plus vite que les malins petits arnaqueurs. Mais voici tout de même une preuve de plus qu’il reste encore des balises à poser dans le domaine du crowdfunding… Mais dans ce genre de situations, à qui doit-on réellement en vouloir ?

 

Partager

À propos de l’auteur

Passionnée de journalisme depuis toujours, c’est après une licence en information et communication que mon avenir s’est confirmé : je veux écrire. Après une expérience en tant que rédactrice pour une chaîne télévisée publique française, Good Morning Crowdfunding a donc été pour moi l’opportunité de découvrir l’univers des startups, tout en continuant à être du côté de la rédaction.

Un commentaire

  1. Pingback: [FRAUDE] Le premier jugement crowdfunding pour fraude sur Kickstarter -

Répondre