[ENQUÊTE] Les inégalités du marché s’appliquent aussi au crowdfunding ?

0

On nous balance toutes sortes de guides pouvant nous permettre de trouver la voie du succès lors de nos campagnes de crowdfunding. Description, design, choix des photos… Les éléments physiques du produit ou service en lui-même sont-ils réellement les éléments essentiels ? Sont-ils vraiment ce que va regarder l’internaute en premier ?

Discriminations et crowdfunding

© Blogrhiaepoitiers, 24 Novembre

Nous en avons souvent parlé, le crowdfunding a permis de rééquilibrer pas mal de domaines. Les femmes se lancent désormais plus dans l’entrepreneuriat, le grand public a plus accès à l’investissement, en bref, toutes les classes sociales et tous les genres semblent égaux lorsqu’il s’agit de demander de l’argent à la foule. Mais pour le cas de la féminisation de ce secteur, il a aussi été démontré que les projets portés par des femmes avaient plus de chances de réussir. Coïncidence ? Je ne crois pas… Selon un article que nous avons trouvé sur theatlantic.com, il semblerait même que le physique soit un critère décisif dans le don, le prêt ou l’investissement final de l’internaute. Et cela se joue dans le profil ou dans les photos présentes dans la campagne, que le porteur de projet en question soit un entrepreneur, un étudiant ou un SDF.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de la Science et de la Technologie de Hong Kong, l’Université nationale de Singapour, et l’Université technologique de Nanyang au sujet des prises de décisions concernant les prêts sur la plateforme de crowdfunding américaine Kiva. Pour cela, ils ont fait évalué les photos et profils des demandeurs de prêts, en passant par la couleur de peau, le physique, etc. par plusieurs personnes. Un mois plus tard, les chercheurs ont constaté que leur choix final de prêt se jouait par rapport à la photo de profil. Ils ont également pu quantifier cela : pour un prêt de $700 (prêt moyen sur Kiva), la photo de profil attrayante reçoit en plus un moyenne de $60, la personne en surpoids est sanctionnée de $65, ou encore la personne ayant une couleur de peau plus foncée est sanctionnée de $40. Pour le sexe, le constat est plus ou moins semblable : les hommes donnent plus d’argent lorsqu’il s’agit de profils féminins attrayants ; lorsque le sexe n’est pas connu, la contribution moyenne augmente d’environ $15.

Kiva, plateforme de crowdfunding

Mais alors : pourquoi ?! Les personnes attirantes, minces et blanches seraient-elles pour eux des personnes plus dignes de confiance ? Les internautes font-ils cela consciemment ? Et bien oui et non. En effet, face à un large choix de projets sans critères décisifs afin de faire un choix de financement, les internautes se rabattraient sur leurs vieux stéréotypes afin de faire leur choix.

Alors même si ces constats peuvent s’appliquer à bien d’autres domaines liés à l’argent que le crowdfunding, il semblerait tout de même qu’être blanc, mince et beau soit la clé ultime du succès. Les internautes prêtent, donnent, et investissent en suivant ces caractéristiques, quitte à investir moins intelligemment.

Partager

À propos de l’auteur

Passionnée de journalisme depuis toujours, c’est après une licence en information et communication que mon avenir s’est confirmé : je veux écrire. Après une expérience en tant que rédactrice pour une chaîne télévisée publique française, Good Morning Crowdfunding a donc été pour moi l’opportunité de découvrir l’univers des startups, tout en continuant à être du côté de la rédaction.

Répondre