[DÉBAT] Le financement participatif et la religion sont-ils compatibles ?

2

dieu et le crowdfunding

Si les différentes religions peuvent paraître un peu vieillotes parfois, depuis quelques années, elles mettent un point d’honneur à se mettre à la page. En effet, le déclin de la foi, notamment chez les catholiques, pousse les religions à se former à l’ère du numérique, pour pouvoir toucher un publique le plus large possible, et en premier lieu, la jeune génération. C’est ainsi que les monastères et les couvents les plus reculés ont monté des sites internet, et les moines, les abbés, les rabbins et les imams animent aujourd’hui leur compte Twitter et Facebook pour mobiliser leur communauté en permanence.

Mais l’ère du numérique, c’est aussi l’ère d’une nouvelle approche de l’argent, je parle bien entendu du financement participatif. Car si les voies du seigneur sont impénétrables, ce n’est pas le cas du porte-monnaie de ses fidèles. Et cela, toutes les religions l’ont bien compris ! C’est pourquoi il existe aujourd’hui un certain nombre de plateformes dédiées à telle ou telle autre religion.

La plateforme CredoFunding propose des projets à sensibilité chrétienne, en financement par le don ou le prêt avec ou sans intérêt.

EasiUp de son côté propose des projets à sensibilité islamique en financement par le don, le prêt sans intérêt ou le système de pré-vente.

Dernier exemple pour ne froisser personne, Jfunding proposera (elle n’est pas encore lancée) des projets à sensibilité juive en financement par le don uniquement.

Vous l’avez compris, faire passer un panier de quête de main en main pendant la messe, c’est hasbeen. Ce qui marche aujourd’hui c’est le crowdfunding ! Et si ces trois religions condamnent, de par leur histoire et leurs valeurs, l’usure, et même plus simplement le prêt avec intérêt, nous vivons dans un monde moderne, et la religion a toujours eu besoin d’argent pour exister. Elles auraient bien tort de se priver de ce moyen de financement.

D’autant qu’elles ont un avantage sur les autres. Leur communauté. On ne le dira jamais assez, ce qui conditionne le succès d’une campagne de crowdfunding, c’est la communauté du porteur de projet ! Et il me semble que la religion s’y connais un peu en communauté non ? Elle manque seulement de modernité, mais une fois le concept du financement participatif pleinement assimilé par les nombreux fidèles des différents cultes, le pouvoir de mobilisation de la foi devrait leur permettre de financer à peu près tout ce qu’ils veulent ! Alors, je dis oui, la religion est compatible avec le financement participatif !

Partager

À propos de l’auteur

Après une licence d’économie à la Sorbonne j’ai décidé de me lancer dans le journalisme. Passionné par les nouvelles technologies et après une première expérience dans un journal national, j’ai vu dans le financement participatif un moyen de concrétiser n’importe quelle bonne idée, même la plus farfelue et l’occasion de populariser l’innovation.

2 commentaires

  1. Pingback: [RELIGION] Au nom du père, du fils... Et du crowdfunding ! -

Répondre