[CONCURRENCE] KickStarter et Indiegogo se tirent la bourre

0

Concurrence Entre Plateformes de crowdfunding

 

 

Kickstarter et Indiegogo, deux mastodontes du financement participatif, ne sont plus de simples concurrents, il existe une vraie rivalité entre les deux plateformes, qui se tirent la bourre avec deux philosophies bien distinctes.

Deux modèles différents

La différence entre les deux plateformes se fait dès la sélection des projets.

KickStarter établit une vraie sélection dans les propositions de projets reçus. Beaucoup de critères sont demandés avant de pouvoir accéder au financement. Cela permet à la plateforme de filtrer un maximum les projets. À contrario de ce modèle, il y a Indiegogo qui fait tout le contraire. Tous les projets sont acceptés. La plateforme s’impose comme celle qui dit « oui » aux entrepreneurs là où les autres disent « non ». Ce modèle proposé par Indiegogo, vient sûrement du point de départ car lors de sa création, celui-ci a essuyé pas moins de 90 refus de sociétés en capital risque avant de recevoir de l’argent institutionnel.

« Un des plus grands défis auxquels font face les entrepreneurs, c’est l’accès au capital. Indiegogo aide à résoudre le problème et permet à quiconque dans le monde de bien faire. »

Slava Rubin, CEO et co-fondateur de Indiegogo

Indiegogo ne veut pas se présenter comme un juge, ce sont les investisseurs qui décident de financer ou non. Pour Slava Rubin, il existe suffisamment d’acteurs qui basent leurs sélections sur de nombreux critères et chaque idée doit trouver son chemin avec une chance égale pour y parvenir. Cependant, il existe un inconvénient dans ce modèle de sélection. Si « tout le monde » peut rentrer alors tout type de projets peut rentrer et qui dit tout type de projet dit forcement des projets farfelus. Le site a d’ailleurs été récemment accusé d’héberger un « simulateur de sexe oral pour les hommes », ce qui ne semble être un projet très innovant..

Malgré tout, ce modèle fait d’Indiegogo la plus grande plateforme de crowdfunding au monde avec 200 000 projets contre 148 000 pour Kickstarter.

Les deux concurrent s’opposent également sur le temps de réponse pour accéder au financement. La société Misfit Wearables, avait comme projet, un tracker d’activités sans fil, concurrent du Nike+ Fuel Band ou encore du Flex de Fitbit. Ce projet, intéressant, a été proposé à Kickstarter mais Misfit Wearables a reçu une réponse huit jours après et a été rejeté sans aucune explication.

Selon le PDG de Misfit Wearables, Sonny Vu, un tel comportement n’est pas acceptable lorsque l’on s’occupe de jeunes startups en besoin de financement. « Huit jours représentent une année lorsque l’on est une startup, nous ne pouvons pas attendre autant quand notre avenir commence à se dessiner » dit Sonny Vu. Cette aventure entre Misfit Wearables et Kickstarter a sû profiter à Indiegogo car ce dernier a accepté le projet et Misfit a réussi à lever 846 000 $ en 9 heures de temps !

Des risques récompensés

Ce goût du risque instauré par Indiegogo semble payant. En 2014, la plateforme de crowdfunding a réussit la plus grosse levé de fond avec 40 millions de dollars. La semaine dernière, le site a annoncé de nouveaux investissements avec des poids lourds dans le secteur des technologies et des innovations : Richard Branson, fondateur de Virgin Group, Max Levchin, co-fondateur de PayPal et Megan Smith, vice président de Google X, le plus gros laboratoire de recherche au monde.  Mais l’ascension, de Indiegogo ne s’arrête pas là car ce dernier souhaite se lancer dans le crowdfunding en equity. A croire qu’il ne vont pas tarder à atteindre le sommet.

« Le monde a besoin de quelque chose de novateur. Nous devons prendre des risques »

Slava Rubin

Losque nous analysons ces différences entre les deux géants du financement participatifs, il est difficile de prendre parti. Kickstarter préfère privilégier la qualité que la quantité, ce qui est largement défendable lorsque l’on gère ce genre de palteforme. En revanche, Indiegogo se positionne, aux cotés des entreprises porteuses de projets, comme un vrai accompagnateur et n’oublie pas la première caractéristique prise par une jeune startup: le risque.

Sources :

http://www.thefiscaltimes.com/Articles/2014/05/30/Crowdfunding-Clash-How-Indiegogo-Wants-Kick-Kickstarter-s

http://crowdfundingdojo.com/articles/kickstarter-vs-indiegogo-choosing-your-crowdfunding-platform

http://idealware.org/blog/nothing-nothing-kickstarter-vs-indiegogo

http://www.forbes.com/sites/chancebarnett/2013/09/09/donation-based-crowdfunding-sites-kickstarter-vs-indiegogo/

Partager

À propos de l’auteur

“Etudiant en communication (ISCPA Paris), je voue un réel intérêt aux nouvelles tendances et le financement participatif est un phénomène incontestable ces dernières années. Plongé dans cet univers depuis peu longtemps, c’est avec passion que je découvre, chaque jour, l’évolution fulgurante du crowdfunding !”

Répondre