[ÉTUDIANTS] Le crowdfunding à la rescousse des étudiants

0

SoFi

Être étudiant aujourd’hui, c’est avoir de nombreux frais ! On ne peut pas y échapper, la vie étudiante coûte de plus en plus cher. Il y a les frais d’inscription, le coût d’une formation dans une école privée (un passage obligatoire pour certaines filières) mais il y a aussi les frais en parallèle des études (manger, se loger, se déplacer, partir à l’étranger…). Les étudiants sont bien souvent obligés de travailler à côté de leurs études au détriment de l’apprentissage ou de contracter un prêt à la banque. Entre 200 000 et 300 000 jeunes contracterait un prêt chaque année pour payer leurs études. Le prêt bancaire est souvent source de stress pour un jeune qui sait qu’une fois ses études terminées, il devra le rembourser et donc trouver un emploi rapidement, ce qui n’est pas si simple de nos jours.

Un étudiant sur quatre rencontrerait des difficultés financières dès sa première année d’étude supérieure, soit plus de 600 000 étudiants, selon une étude du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche publiée en juillet 2014.

La dette étudiante n’épargne personne. Aux États-Unis, elle est passé de 548 à 966 milliards de dollars entre 2007 et 2012. En France même si elle est moins importante, elle touche tout de même 10 % des étudiants. Endettés avant même de commencer un travail, les étudiants ont un mode de vie de plus en plus précaire. Ils sont parfois obligés de faire des choix par rapport aux moyens financiers qu’il dispose. À l’heure où le marché du travail est de plus en plus concurrentiel et demande un diplôme supérieur obligatoirement, la dette étudiante est préoccupante et remet en cause l’enseignement payant.

Des solutions alternatives existent pourtant mais sont moins connues. Des plateformes de crowdfunding pour financer vos études et vos projets se multiplient depuis quelques années. Les contreparties sont le plus souvent symboliques contrairement au financement participatif classique mais ça marche ! Selon GoFundMe, il y avait plus de 140 000 campagnes centrées sur l’éducation l’année dernière. Fort de ce triste constat, Jean-Marc Nourcel a décidé de lancer Eduklab en 2013, la première plateforme française spécifique à l’éducation.

Vous devez avoir 18 ans au minimum et avoir un compte en banque actif. Vous n’avez plus qu’à vous inscrire gratuitement et faire une présentation détaillée de votre projet. La collecte est limitée à 69 jours maximum. Vous devez impérativement atteindre votre objectif pour récupérer les dons.

Dans le même esprit, la plateforme What If Community a ouvert pour accompagner les étudiants alliant crowdfunding, ouverture à un premier réseau professionnel et à un partage d’expérience. Les porteurs de projets doivent impérativement s’inscrire pour des raisons concernant les frais de scolarité, les frais de vie (loyer, alimentation,…), de fournitures et de mobilité à l’étranger. Vou devez être âgés entre 18 et 25 ans et inscrit dans un établissement supérieur français délivrant un diplôme reconnu par l’Etat.

StudentBackr est une plateforme proposant le même concept. Elle est destinée aux étudiants européens de plus de 18 ans et sans limite d’âge. Contrairement à What If Community, vous choississez la durée de votre campagne de financement participatif et récupérez l’argent à la fin même si l’objectif n’est pas atteint.

La plateforme Twelve for study développe un concept original par rapport aux autres plateformes de financement participatif spécialisées dans l’éducation. Ce site propose aux étudiants de s’offrir leurs études en finançant celles des autres. Chaque utilisateur présent sur le site doit pouvoir donner 12 euros par an. Ensuite, chaque mois, il devra financer un projet créé par un étudiant d’un montant de 1 euro. Le nombre d’inscrits est donc déterminant pour financer les projets de chacun.

Il existe d’autres plateformes spécialisées dans l’éducation. Le phénomène est aujourd’hui présent un peu partout dans le monde. Des écoles utilisent également le crowdfunding pour financer un projet de groupe. C’est le cas de l’association étudiante OPERA (Orienter et Promouvoir l’Excellence et la Réussite par l’Accompagnement) de l’ESC Rennes School Of Business qui soutient des lycéens issus de milieu modeste avec un fort potentiel à les aider à débuter des études ambitieuses. Pour un voyage de fin d’année à l’étranger, l’association fait appel aux dons de la foule et ouvre une tombola chaque année. En 2015, La Kiron University de Berlin avait fait beaucoup de bruit aussi en lançant une campagne de financement participatif afin d’aider les réfugiés à avoir accès aux études supérieures.

Sur certains sites, il s’agit plus d’un outil de communication ! Les écoles ou les universités paient des abonnements pour mettre en avant leur générosité en finançant des projets étudiant via leurs fondations ou développent leur propre plateforme de crowdfunding. L’EDC Paris Business School est la première École en France et à l’international à avoir lancé sa propre plateforme pour soutenir les projets de création d’entreprise portés par les étudiants et les diplômés EDC PAris.

Ce n’est pas LA solution pour les étudiants, dans le sens où vous ne pouvez jamais être certains de rassembler de nombreux contributeurs, sans la mise en place d’une communication en béton. Le prêt sans intérêt entre particuliers pourrait se rapprocher de cette solution idéale pour les étudiants mais attention qui dit prêt, dit remboursement ! C’est ce que propose la plateforme HelloMerci, Easi Up ou encore Prodigy Finance, spécialiste du prêt étudiant international.

Partager

À propos de l’auteur

Journaliste web Actuellement en deuxième année à l'EFJ Paris en journalisme plurimédia, je me suis dirigée vers des études de journalisme, tout naturellement, me laissant guider par mon envie d'écrire. Passionnée de musique, j'aime tout ce qui touche à la culture de près ou de loin. Ma première expérience à Good Morning Crowdfunding m'a permis de découvrir le milieu du crowdfuding, un univers riche, dynamique et sympathique.

Répondre