Crowdfunding : quand les internautes financent tout ou n’importe quoi

0

Des internautes Américains ont lancé une campagne pour financer la construction d’une étoile de la mort, similaire à celle du film « Star Wars ». © DR

130318180816405_74_000_apx_470_

 

 

 

 

 

 

 

En 2012 aux Etats-Unis, plus d’un milliard de dollars ont été prêtés ou donnés par des internautes, via des plate-formes de crowdfunding et 40 millions d’euros en France. Un boom confirmé, ces derniers jours, par le succès record de la campagne pour adapter au cinéma la série télé « Veronica Mars ». Le principe est simple, des particuliers font appel à la générosité des internautes pour financer un film, une invention, un voyage, une intervention chirurgicale…. Zoom sur ces projets sérieux ou un peu fous qui ont récolté un franc succès sur ces plates-formes.

Pour un film

Six ans, depuis l’arrêt de « Veronica Mars », que les fans de cette série américaine attendent de voir les aventures de leur héroïne transposées au cinéma. Un projet plusieurs fois annoncé, mais toujours repoussé, faute d’accord avec les studios hollywoodiens. Il y a cinq jours, Rob Thomas, le créateur de la série, s’en est donc remis aux internautes pour financer son projet, via le site de crowdfunding Kickstarter. Résultat, il a récolté plus de 3,5 millions de dollars en cinq jours. Un record et une mise de départ suffisante pour démarrer.

Pour une étoile

« Nous devons nous protéger d’une menace très très lointaine, donc construisons une étoile de la mort ». La logique est implacable. Fin 2012, des internautes décident, « pour rigoler », de lancer une collecte pour la construction d’une « étoile de la mort », similaire à celle du film Star Wars. Mais ce qui n’était, à l’origine, qu’une blague devient un projet très sérieux. Une pétition est même déposée auprès de la Maison Blanche pour demander à ce que la charge du projet soit assumée par le gouvernement. Il aura, finalement, fallu que Paul Shawcross, le chef du service Science et Espace de Barack Obama, explique aux internautes que le gouvernement ne pouvait débourser les 850 millions de dollars, estimés pour réaliser un tel projet, pour que l’affaire ne se dégonfle. Quant aux 500 000 dollars collectés sur Kickstarter, ils serviraient à peine à engager quelques Storm Troopers.

Pour une montre

La Pebble Watch est la plus belle réussite du financement participatif sur internet. Plus de dix millions de dollars ont été collectés, en quelques semaines sur Kickstarter, pour assurer la fabrication de cette montre intelligente. Présentée, en grandes pompes, au CES de Las Vegas (la grande messe des nouvelles technologies) le public se l’arrache déjà, alors qu’elle n’a pas encore été mise en vente.

Pour une dent

Il y a un an, Jeffery se cassait une dent. Le problème, c’est que Jefferey est américain et ne possède pas d’assurance dentaire. Résultat, quand il se rend chez le médecin, on lui demande la somme de 3400 dollars. Comme le jeune homme n’a pas les moyens de payer et, accessoirement « affreusement mal » à sa dent, il décide de lancer une collecte sur le site Indiegogo. Généreux, les internautes auront permis à ce jeune Américain de se soigner.

Pour un reportage

Depuis maintenant quatre ans, dans le petit village de Grimouville (Calvados), un homme colle toutes les semaines un nouveau numéro sur les murs du cimetière. La police a enquêté, mais le mystère reste entier sur l’identité de ce « serial-colleur ». Romain et Charles-Henry, deux apprentis journalistes, ont donc décidé de tenter de percer le mystère. Pour cela, ils ont lancé une collecte sur Kiss Kiss Bank Bank (un site de crowdfunding français) pour financer leur reportage. 3522 € plus tard, les deux jeunes hommes tentent toujours de découvrir l’identité de ce mystérieux colleur d’affiche.

Pour un crayon magique

Sur le même principe que la montre intelligente, deux inventeurs américains, Max Bogue et Peter Dillworth, ont fait appel au public pour commercialiser leur invention : le crayon 3D. Grâce à la plate-forme Kickstarter, ils ont récolté plus de deux millions de dollars en seulement quatre jours, alors qu’il ne leur fallait que 30 000 dollars pour lancer la fabrication. Le 3Doodler devrait être commercialisé à partir de novembre.

Pour un Oscar

En juin 2012, Sean Fine et Andrea Nix Fine lançait une collecte, sur Kickstarter, pour financer leur projet de documentaire Inocente. Le sujet du film, qui raconte l’histoire d’une artiste de rue sans-papiers aux Etats-Unis, a rapidement séduit les internautes qui ont levé près de 53 000 dollars. Assez pour permettre à Sean Fine et Andrea Nix Fine de boucler leur budget. Assez aussi pour leur permettre de remporter l’Oscar du court-métrage documentaire, en février dernier. Une première dans l’histoire du crowdfunding.

Lire l’article : http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-%5BJactiv%5D-Crowdfunding-quand-les-internautes-financent-tout-ou-n-importe-quoi_39382-2174542_actu.Htm

 

Partager

À propos de l’auteur

“Après un master II entrepreneuriat, c’est en travaillant sur le financement des startups que j’ai découvert le crowdfunding. Passionné par la nouveauté et le web j’ai co-créé Good Morning Crowdfunding pour faire connaître ce marché."

Répondre