Comment une fillette de 9 ans a récolté 22,000$ alors qu’elle n’en demandait que 400$…

0

 

SANS PITIÉ – La campagne de crowdfunding qui tourne au lynchage

Tout est parti d’une embrouille entre une sœur et ses deux frères. Kenzie, la cadette, demande à sa mère de l’envoyer cet été en colonie de vacances. Elle veut apprendre à créer des jeux vidéo dans un camp spécialisé. Ses deux frères tentent alors de démolir ses plans. « Maman, tu vas gaspiller ton argent. Pourquoi l’envoies-tu là-bas ? »,  se moquent-ils.

Mais la fillette, loin de se décourager, décide de financer elle-même son projet. Ses ressources étant bien maigres, sa mère lui propose de se tourner vers un site de crowdfunding « qui lève des fonds pour des projets créatifs », Kickstarter.

Et les fonds commencent à affluer. Au bout de quarante-huit heures, Kenzie atteint son but et récolte le montant nécessaire pour réaliser son rêve, soit 400 dollars. « Elle a alors envoyé des mails de remerciement à tous ceux qui l’avaient appuyée dans sa démarche. Il y avait des gens du Royaume-Uni, de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie », explique sa mère, Susan.

Une fin heureuse ? C’est pourtant à partir de ce moment-là que ce projet visiblement innocent dégénère. D’autres donateurs, impressionnés par les ambitions de la jeune fille, se manifestent, augmentant ainsi le montant récolté. Et les critiques (de tout type) abondent d’un coup. « Où va cette cagnotte qui atteint désormais des milliers de dollars ? », se demandent plusieurs internautes.

« Une escroc »

Mais, surtout, qui est la mère de Kenzie ? D’après ce site, Susan Wilson aurait bien pu financer la colo de sa fille… Puisqu’elle est « millionnaire ». Selon cette même source, Susan Wilson a empoché 100 millions de dollars lorsqu’elle a revendu sa première PME.

A cela s’ajoute la publication d’une photo de la maman de Kenzie en compagnie de Warren Buffett, un des hommes les plus riches de la planète, ce qui n’arrange pas les choses. Et les internautes montent alors au créneau sur RedditNeoGAF ou 4Chan.

Des commentaires qui ont dérivé en menaces de mort. « J’espère que vous allez subir une mort froide et solitaire », lançait un des commentaires. Susan Wilson fini par démentir ces accusations.

« Oui, elle a de l’argent. Mais pas autant. Elle vend des entreprises pour en racheter d’autres », explique le journaliste du site Kotaku.com qui l’a interviewée. Et oui, « j’aurais pu payer ce camp moi-même. Mon Dieu, j’aurais dû », conclut-elle.

Lire l’article :http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/03/27/sans-pitie-la-campagne-de-crowdfunding-qui-tourne-au-lynchage/

Partager

À propos de l’auteur

“Après un master II entrepreneuriat, c’est en travaillant sur le financement des startups que j’ai découvert le crowdfunding. Passionné par la nouveauté et le web j’ai co-créé Good Morning Crowdfunding pour faire connaître ce marché."

Répondre