Interview aux assises de la finance participative : François Carbone

0

Lundi 30 Septembre 2013 se tenait au ministère de l’économie les premières Assises de la finance participative.

Pour l’occasion, nous avons recueilli les impressions de François Carbone, co-fondateur de la plateforme de crowdfunding Anaxago et Président de l’association Finance Participative France.

François Carbone

GMCF :

Bonjour François

– François Carbone :

Bonjour Good Morning Crowdfunding!

GMCF :

Que pensez-vous de cette journée?

– François Carbone :

Très riche, beaucoup d’intervenants, beaucoup d’annonces, je l’espère, jusqu’à la fin de la journée avec la Ministre Fleur Pellerin. Je pense que c’est très positif pour le secteur donc c’est une bonne journée.

GMCF :

Et concrètement, qu’attendez-vous d’un point de vue opérationnel sur les nouvelles réformes du crowdfunding?

François Carbone :

Nous attendons des évolutions sur le prêt, sur le paiement don contre don et sur les

pré-requis en capital dans l’investissement. Nous les avons beaucoup vus travailler et nous attendons de voir si le calendrier sera confirmé. D’un point de vue réglementaire, je pense que ces événements font beaucoup de bien au secteur autant en termes de communication, que de pédagogie.

Nous voulons nous montrer, montrer nos modèles, car il existe différents types de crowdfunding ainsi que différents modèles selon les plateformes, et ce sont ces points que l’on souhaite illustrer aujourd’hui.

GMCF :

Est-ce que vous pensez que ces réformes vont assouplir le cadre juridique permettant ainsi au financement participatif de type Equity d’exploser?

François Carbone :

J’espère effectivement qu’il s’agira d’un assouplissement. Je pense que le fait d’avoir un cadre précis dans lequel naviguer, dans lequel on peut se lancer, va évidement pousser à la création de plusieurs plateformes, pousser aussi je l’espère, des institutions plus riches à aller sur le terrain du crowdfunding parce qu’il y a un intérêt, parce que les gens y trouvent du sens et une certaine transparence.

De plus, l’existence d’un cadre précis ouvrira le marché à une plus forte concurrence, forçant les nouvelles plateformes à entamer des actions de communication plus importantes et facilitant ainsi la démocratisation du crowdfunding.

GMCF :

Quelles seront les répercutions sur votre activité par rapport aux annonces faites aujourd’hui?

François Carbone :

Premièrement, en termes d’impact sur Anaxago et sur l’activité de l’investissement dans le crowdfunding, nous ne serons plus dans une zone grise, il y aura un cadre propre. Deuxièmement, en terme de mécanique de communication et plus particulièrement sur ce que l’on appelle l’offre publique de titres financiers, il y aura, je l’espère, des adaptations qui permettront aux projets de communiquer plus et donc de toucher plus d’investisseurs et ainsi d’avoir plus de chances d’aller au bout de leurs levées.

GMCF :

Que peut-on vous souhaiter?

François Carbone :

On peut souhaiter au crowdfunding que les chiffres annoncés depuis 2011 et sa croissance continuent jusqu’en 2020 au moins! Ce sera très bien pour les porteurs de projets qui sont derrière et pour l’économie nouvelle qui en sort. On souhaite avoir de belles histoires à financer.

GMCF :

Quelle question auriez vous aimé que l’on vous pose?

François Carbone :

Vous auriez pu me demander «Quelles sont les chiffres?» Et je vous aurais répondu «Vous saurez ça dans deux heures!» (Rires).

GMCF :

Merci beaucoup François Carbone!

Partager

À propos de l’auteur

“Après un master II entrepreneuriat, c’est en travaillant sur le financement des startups que j’ai découvert le crowdfunding. Passionné par la nouveauté et le web j’ai co-créé Good Morning Crowdfunding pour faire connaître ce marché."

Répondre