[TRIBUNE] Comment la finance participative peut-elle contribuer au financement des TPE / PME ? 1/3

0
Nicolas lesur

Nicolas Lesur – Fondateur de la plateforme de prêt participatif Unilend

L’ambitieuse réforme du financement participatif proposée par les pouvoirs       publics permet de voir émerger de nouveaux moyens de financement pour l’économie française. La finance participative (crowdfunding ou financement par la foule) permet ainsi le préfinancement de produits (don ou contrepartie), le financement du capital de jeunes entreprises (equity crowdfunding) et le financement de la dette des entreprises (crowdlending ou peer-to-peer lending). Dans le domaine naissant du prêt, cette nouvelle forme de finance permet ainsi de mobiliser l’épargne des ménages en faveur des TPE/PME qui composent l’essentiel du tissu économique français mais qui sont confrontées à des difficultés croissantes d’accès au crédit. La finance participative contribue à flécher directement et de manière transparente une partie des 4 000 milliards d’euros de l’épargne financière des ménages français pour subvenir en partie aux besoins de crédit des TPE/PME.

Cette dynamique, rendue possible par le développement des usages de l’Internet, porte déjà ses fruits en dehors de nos frontières. Le britannique Funding Circle, ouvert en août 2010, a par exemple permis à plus de 5 500 PME d’emprunter directement 460 millions de livres sterling auprès de 35 000 prêteurs. Son efficacité pour répondre aux besoins de financement des entreprises tout en offrant une juste rémunération de l’épargne a conduit le gouvernement du Royaume-Uni à prêter directement aux PME par son intermédiaire et le Trésor britannique à préparer des avantages fiscaux pour les prêteurs[1]. Dans le même temps, la Commission européenne a assigné un rôle significatif au crowdfunding dans sa feuille de route pour répondre aux besoins de financement à long terme de l’économie européenne[2]. En France, l’ambition du gouvernement et la volonté des professionnels sont de faire de notre pays le pionnier du financement participatif en conjuguant la protection des épargnants avec la démocratisation de l’accès à de nouvelles sources de financement pour les entreprises.

Les conditions du développement de cette nouvelle forme de finance sont réunies. Quelle peut être sa contribution en faveur des TPE/PME ? A quelles conditions peut-elle demain répondre à la fois aux besoins des entreprises et aux aspirations des épargnants ?

La deuxième partie de l’article sera en ligne demain et la dernière sera disponible vendredi.


[1] Budget 2014, 19 mars 2014, p. 46 : « 1.169 To further increase the choice that ISA savers have about how they invest, ISA eligibility will be extended to peer-to-peer loans, and all restrictions around the maturity dates of securities held within ISAs will be removed. The government will also explore extending the ISA regime to include debt securities offered by crowdfunding platforms. »

[2] Libérer le potentiel du financement participatif dans l’Union européenne, communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social et au Comité des régions, 27 mars 2014.

Partager

À propos de l’auteur

Répondre