[SOCIÉTÉ] Entrepreneuriat et crowdfunding : La question du genre

2

inégalité 2

Même si la situation des femmes ne cesse de s’améliorer, les différences restent considérables. Selon U.S. Census Bureau (le bureau du recensement des Etats-Unis), même si plus d’un quart des PME américaines sont détenues par des femmes, celles-ci sont encore loin de toucher le même salaire que les hommes. D’après des études faites à Harvard, les « businesswomen » craignent la force de conviction des hommes, ce qui fait qu’une proposition masculine est souvent privilégiée par les investisseurs.

Devant toujours autant de sexisme, les femmes se tournent vers le crowdfunding ! Sur la toile, le genre est moins visible, les stéréotypes ne le sont quasiment plus, et tous les projets paraissent prometteurs. Par ailleurs, selon un étude réalisée à l’Université Hébraïque de Jérusalem entre 2009 et 2012 sur la plateforme Kickstarter, les projets des femmes sont financés près de 8% plus que ceux des hommes. Ce chiffre reste tout de même à nuancer sachant que les femmes ont des objectifs moins hauts que les hommes… Le fait que des projets féminins réussissent à se faire financer jusqu’au bout apporte à cette gente une fiabilité leur permettant de commencer une activité avec plus d’assurance. L’homme n’a plus le pouvoir et son approbation n’est plus nécessaire.

Ainsi, des femmes ont pris l’initiative de créer des communautés de financement participatif faites pour elles : c’est le cas de Myannona et de Plum Alley. Alors oui, bien sur, elles sont encore une fois mises à l’écart, mais même si le crowdfunding n’est pas une solution radicale, il ramène tout de même « entrepreneurialement » les femmes au niveau des hommes. Beryl Bès, fondatrice de la plateforme Myannona, explique que l’entrepreneuriat est un moyen pour les femmes de satisfaire à leurs aspirations. Car être dans un milieu qui nous correspond c’est s’assurer d’être efficace, il faut donc encourager les femmes dans cette démarche. Sur Myannona, tout projet doit comporter au moins une femme, qu’elle soit porteuse de celui-ci ou non, un moyen de se battre contre les inégalités. Elle espère ainsi faire évoluer les mentalités, lentement mais sûrement.

Partager

À propos de l’auteur

Passionnée de journalisme depuis toujours, c’est après une licence en information et communication que mon avenir s’est confirmé : je veux écrire. Après une expérience en tant que rédactrice pour une chaîne télévisée publique française, Good Morning Crowdfunding a donc été pour moi l’opportunité de découvrir l’univers des startups, tout en continuant à être du côté de la rédaction.

2 commentaires

  1. Pingback: [ENQUÊTE] Les femmes à la conquête de l'entrepreneuriat et du crowdfunding -

  2. Pingback: [10 POINTS POUR] Savoir où en sont les femmes avec le crowdfunding -

Répondre