Emmanuel Macron : à la pointe du financement participatif ?

0


Dimanche 7 Mai nous découvrions qu’Emmanuel Macron, ancien Ministre de l’Économie au sein du gouvernement Hollande, devenait Président de la République. Découvrons ses mesures concernant le financement participatif.

En 2016, le secteur du financement participatif a représenté une collecte de 233.8 millions d’euros,soit une progression de 40% par rapport à 2015 (Sources : Financement Participatif France), et Emmanuel Macron s’est à de nombreuses reprises exprimé sur cet univers en pleine croissance. Lorsqu’il était encore au gouvernement de François Hollande, Emmanuel Macron avait annoncé de nombreuses mesures visant à favoriser le déploiement des titres et prêts proposés dans le cadre du financement participatif. 

« Je crois très profondément à ce secteur et à sa pérennité » avait-il exprimé lors de la troisième édition des Assises de la Finance Participative.

Développer l’économie française a été son maître-mot : « Nous ne sommes qu’au début de la révolution du financement participatif et dans ce cadre, le rôle de l’Etat, c’est de permettre à cette révolution de se réaliser entièrement ». Il avait ainsi annoncé des assouplissements quant à la réglementation autour du secteur du financement participatif en prônant une régulation proportionnée permettant le développement de cette activité : « C’est ce cadre que nous avons choisi de développer : sécuriser et accompagner ».

Plusieurs réformes ont ainsi vu le jour. Concernant l’equity-crowdfunding, les plateformes peuvent désormais émettre des actions de préférence, mais aussi des obligations convertibles et des titres participatifs. Emmanuel Macron a ainsi mis le ton sur l’augmentation de titres financiers proposés en equity-crowdfunding ainsi que leur accessibilité. En parallèle, un décret a vu le jour fixant le montant maximum des projets sur ces plateformes à 2,5 millions d’euros.

Dans l’univers du crowdlending, une réglementation est venue fixer le montant maximum des prêts consentis par les particuliers sur les plateformes de crowdlending à 2 000€ pour les prêts avec intérêts et à 5 000€ pour ceux sans intérêts. L’ordonnance a permis de réformer les bons de caisse en instituant des « minibons » permettant notamment une ouverture de l’activité à toute personne morale. Le décret fixe là aussi leur plafond d’émission à 2,5 millions d’euros par entreprise et sur douze mois. 

Enfin, depuis octobre 2016, les entreprises peuvent utiliser les plateformes de financement participatif afin de prêter leur trésorerie à d’autres entreprises.

En tant que Président de la République, Emmanuel Macron va-t-il contribuer à booster ce secteur ? Affaire à suivre…

Partager

À propos de l’auteur

Actuellement en troisième année à l'EIML Paris en marketing et communication. Pour ma première expérience en communication, j'ai rejoint Good Morning Crowdfunding, un média dédié à l'actualité du financement participatif. Cet univers me permets de découvrir le milieu du crowdfunding, un univers riche et dynamique.

Répondre